AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 « Imagination Dangereuse... [LB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Opium Deal

    Fσи∂αтяιcє


Puf : Tora & Padou :D
Naissance : 28/04/1993
Messages : 1225

Libre au RP : Oui mais à petite dose.
Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :
MessageSujet: « Imagination Dangereuse... [LB]   Mar 2 Mar - 7:24

© Célizée « L'imagination permet ce que la réalité interdit »
Libre à Toutes Races. [Priorité Winter]



    Toute la journée il avait galopé de l'un à l'autre, accourant dès qu'on l'appelait. Il n'avait cessé d'être là où il fallait et dès qu'il n'était plus là, les remarques fusaient. Pardonnez-le, malgré sa bravoure Opium ne sait pas encore se dédoubler. Et aujourd'hui, ça avait été dur pour l'étalon ; à croire que dans le clan, tous s'étaient donnés le mot pour avoir un problème le même jour. Il fallait l'avouer, Deal était épuisé par ses allers-retours. Celui-ci se disait qu'il serait sûrement temps pour lui de nommer un bras-droit pour l'aider à tout gérer, il ne tiendra pas indéfiniment ainsi. Pas qu'il n'en aurait pas la force, c'est surtout qu'il ne supporterait pas de ne plus avoir assez de liberté, assez de temps pour lui & sa solitude. Et pour sa propre santé, le dominant avait clos les débats et avait mis un peu de distance entre lui et les siens. Il voulait souffler, se reposer. Respirer. Ses sabots l'avaient mené vers le Butte des Titans où depuis des années les chevaux de son rang pouvait surveiller et mener ; mais lui venait pour y trouver le calme. Opium s'arrêta à mi-hauteur de la butte, sous un arbre donc les branches basses offraient un garde-manger. L'étalon de jais attrapa une branche entre ses lèvres et l'arracha, la mâchouillant plus par mécanisme qu'en s'en rendant vraiment compte. Lentement, ses yeux se fermèrent et le paysage de la butte disparu. Tout disparu de sa tête ...



    Mais l'herbe ondulait toujours sous les pieds de l'étalon de jais qui fixait ses sabots depuis quelques instants. Il restait immobile, seul ses crins suivaient le mouvement de la brise, comme s'il était paralysé. Mais s'il se montrait si inactif, c'est que ses oreilles écoutaient la douce mélodie, presque hypnotisante, qui se jouait. Une note un peu trop aigu lui fit relever subitement la tête et l'étalon se cogna durement la tête contre une branche épaisse. Opium Deal put alors discerner ce qui l'entourait : rien. Il n'y avait plus rien d'autre qu'une prairie verdoyante que cette brise incessante faisait danser comme ondule les vagues. Seuls restaient au milieu de cette étendue le dominant et l'arbre. Alors d'où venait donc cette si jolie musique, dont l'étalon ne devait plus se laisser envoûter ? Voulant trouver une réponse, celui-ci se mit au trot. Avancer ; tout droit. Longtemps ,très longtemps. Tandis que la mélodie bourdonnait toujours à ses oreilles, un autre son vint s'y ajouter. Le dominant se mit au galop dès qu'il le reconnu ; le gloussement de la rivière. Avant même d'apercevoir l'eau claire donc il y avait la promesse, la silhouette d'un arbre s'imposa à l'horizon. La rivière semblait couler à son pied, alimentant sûrement ses racines. À force d'avancer toujours à la cette même allure, les formes du végétal se confirmèrent, mais aussi sa taille immense et surtout son incroyable beauté. Telle que l'étalon s'arrêta à encore plusieurs mètres, subjugué par cette splendeur, cette magnificence à côté de laquelle il se trouvait moucheron. Le plus impressionnant dans tous ça, c'est que l'arbre miroitait. Oui, il miroitait de milles feux, comme s'il avait été taillé dans du cristal, mais que ses branches restaient souples au gré du vent. Opium était presque aveuglé par tant d'éclats mais la curiosité et même une attirance, comme celle d'un aimant, l'obligèrent à s'approcher de son pied. Quelques clapotis retentirent quand l'étalon effleura l'eau de ses sabots, mais sans même qu'il ne se rende compte de ses propres prouesses, il traversa la rivière sans effort, sans même se mouiller les paturons : oui, il marchait bel et bien sur l'eau. Arrivé face à l'arbre, le dominant découvrit son reflet dans le miroir parfait qu'était le tronc. Le temps défilait sans qu'il puisse détacher son regard de son image, une petite voix lui disant qu'il devait rester ici. Soudain, son reflet vacilla, perdant de son opacité, ses contours se voilèrent. Mais la suite frappa d'effroi Opium qui en perdit l'équilibre et chuta alors qu'il voulut reculer, mais que ses membres ne voulurent pas répondre. Tout s'envola à ses yeux...



    Un bruit lourd tonna quand l'étalon de jais cogna l'arbre. Reprenant pied sur le sol, il se redressa et tourna la tête vers ses flancs écorchés par des épines. Mais quelques gouttes de sang ne l'importaient que peu face à ce qu'il venait de voir. Alors qu'il était emporté entre réalité et sommeil, son inconscient l'avait guidé vers un monde imaginaire. Alors que tout semblait magique, il avait vu son reflet. Opium s'en souvenait comme s'il y était encore, mais l'image qui s'imposa à lui fût la dernière. Celle où son reflet vacille puis disparaît dans une grimace monstrueuse, presque « inhumaine ». Oui, l'étalon s'est vu avec sur le visage une expression terrifiante que même la torture physique ne pourrait infliger. L'étalon de jais eut un hoquet de dégoût quand une idée traversa l'esprit ; et si son inconscient avait voulu le prévenir d'un danger, bien plus horrible que jamais il n'en avait connu ?

_________________

« Opium Deal »
Coupable, témoin et victime tout à la fois.


« Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
    Revenir en haut Aller en bas


    Invité

    Invité


    MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Mar 2 Mar - 8:33


    Winter .

      L'air frais de l'automne balayait mes poils blancs comme neige, contrastant parfaitement avec les couleurs incandescentes qui trônaient fièrement sur les arbres. Cela faisait maintenant longtemps que j'avais quitté mes terres, abandonnant ma meute et mes obligations. Mais plus qu'une envie, cela avait été un besoin. Un appel dévorant, une nécessité brulante. Je devais me prouver que j'étais encore bien vivante, que mon corps n'était pas seulement une enveloppe épaisse pleine de vide. Je dirigeais maintenant mes pauvres pas vers la Butte des Titans. Mes pattes frottaient grossièrement sur le sol verdoyant, à la sortie de la Colline aux Mystères. Cette forêt m'avait été bien agréable. Le vent y soufflait doucement ses chants funestes, dans un murmure de chagrin. Malgré les sons étranges et effrayant qui y régnait, elle se trouvait être pour les loups un refuge plaisant.

      Je me trouvais aux frontières de la grande Butte, et la vue qui s'étalait devant moi semblait digne des plus beaux contes. Le feuillage rouge des arbres centenaires plongeait le lieu dans une atmosphère apaisante, mais pas suffisamment pour faire taire le cri hurlant dans mon esprit. Mes pattes me portaient droit sur l'ennemi, peut-être droit sur la mort. Folie, me direz-vous. Et bien, utilisez ce mot ou un autre. Je devais être sûre, je devais me prouver.. Pourquoi cette tâche m'avait-elle été confiée ? La méritais-je seulement ? Je soupirais de dégout, de regrets. Pourquoi avait-il fallu que je sache ? Fille de substitution, alpha illégitime.. Le soleil frappait de toutes ses forces sur ma fourrure blanchâtre qui demeurait glacée. De multiples parfums d'équidés trônaient ici, maitres incontestés des lieux, traces invisibles de la vie. La mort n'avait pas d'odeur.. Ça aurait été trop simple. Je n'avais toutefois croisé aucun cheval pour l'instant. Chance ou pas, d'ailleurs. Un seul de ces animaux pourrait me terrasser, je le savais. Mais ce jour-ci, mourir m'avait semblé une solution aussi digne que n'importe quelle autre. Je n'étais plus la battante d'autrefois, prête à tout et indestructible. Non, j'avais perdu de ma fougue, de ma combativité. Le bonheur était mort, alors pourquoi l'attendre, il ne reviendrait pas.

      Je m'arrêtai un instant, troublée. Où étais-je, et que faisais-je ici ? Pendant une fraction de seconde, j'eus envie de m'écrouler, de sentir contre moi les poils ardents de ma mère séchant mes larmes chaudes.. Mais il était trop tard. Mon temps était terminé, j'avais eu ma part de joie. Progressant à une allure plus que déplorable, je gagnais en hauteur, et en adrénaline. Si je meure aujourd'hui, prend tout. Ma joie, ma peine, ma place, ma meute. Prends les et détruis les, un par un. Le paysage autour de moi sembla se brouiller en même temps que ma raison, et tout à coup j'ignorais jusqu'au sens même du mot vie. Le m'allongeai lourdement sur le sol, soulevant un flot de fines particules brillantes au soleil. Mon corps touchait cette terre étrangère et hostile, cette terre qui ne pouvait pour moi signifier qu'une chose. La fin.

      Un parfum dominait, mais je ne le remarquai qu'à peine. Je fermai les yeux, et après un battement de cils, je me trouvais à des kilomètres de là..
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar

    Opium Deal

      Fσи∂αтяιcє


    Puf : Tora & Padou :D
    Naissance : 28/04/1993
    Messages : 1225

    Libre au RP : Oui mais à petite dose.
    Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


    » Infos
    V a l i d . R e l a t i o n s :
    MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Sam 6 Mar - 11:48

      Là il pensait, seul et sûrement plus abandonné qu'on ne le croirait. Si votre seule pensée est qu'un étalon comme lui, dominant de tout un troupeau, a tout ce qu'il veut et quand il le veut ; dites vous que la vérité est bien plus dramatique que cela. Même quand plusieurs dizaines d'animaux sont sous vos ordres, vous êtes terriblement seul. Seul avec ses remords, ses craintes, ses idées, ses regrets, ses sentiments, sa solitude... C'est ainsi le fier Opium se trouve à ce moment, aussi dangereusement à la mercis du premier prédateur, mais aussi de la plus profonde de ses craintes. Pourquoi avait-il fait ce rêve, à la fois si banal par sa rêverie, mais aussi si horrifiant par sa monstruosité ? L'expression qui avait tordu le visage de son reflet lui revenait sans cesse en tête ; l'étalon de jais tentait maladroitement d'en comprendre la signification. Il avait refermé les yeux comme pour se replonger dans son rêve : réécouter cette hypnotisante mélodie, sentir de nouveau l'herbe grasse sous ses sabots, cligner des yeux sous la magnificence du gigantesque chêne, le gloussement de l'eau, le miroir de diamant... Opium Deal sursauta violemment puis ses pieds martelèrent bruyamment le sol ; le stress d'un destin funeste le prenant au ventre. Quel dominant serait-il s'il se laisser surpasser par l'amertume et la peur ? Alors que son devoir n'était autre que de protéger les siens. Il n'avait pas le droit à l'erreur, pas par ces jours morbides...

      Un fracas régulier retentissait dans l'immensité de la Butte. Pourtant lent, ce tempo était agréable à l'oreille, presque enrênant. Chaque foulée qui frappait le sol semblait pourtant caresser la terre. Cette incroyable terre que l'étalon bénissait de les nourrir et les abreuver chaque jour des 4 saisons. C'était lui qui galopait au milieu de l'herbe peu verdoyante, détendant ses muscles ankylosés et libérant son esprit de toutes ces mauvaises ondes. Sa longue crinière noire rebondissait à rythme régulier sur son encolure, tandis que les crins de queue s'échappait à l'arrière, virevoltant libres de tout mouvement au milieu du vent de cette course. Deal releva la tête pour apprécier chaque bourrasque fraîche qui lui fouettant le visage, n'hésitant qu'une seconde avant de fermer les yeux un instant pour ne plus rien sentir d'autre que les sentiments de cette galopade enivrée. Le vent sifflant à ses oreilles, la brise lui caressant le chanfrein et les joues, ce temps de suspension où plus aucun de ses sabots ne touchent le sol ; être libre de tout et tous. Quelques secondes d'un bonheur aussi pur que l'eau claire d'une source éclatante par une journée d'été. Quand le bonheur n'était pas au rendez-vous, il fallait savoir l'appeler, se le créer ; même pour un petit instant.

      Qu'il était noble ce bel étalon, galopant le nez au vent, si majestueux qu'on croirait que rien ne pouvait l'arrêter. Pourtant le dominant avait ralentit puis s'était stoppé, toujours le nez captant la brise constante qui balayait la Butte des Titans. Il avait du mal à le croire, son odorat le trompait-il pour la première fois ; ou était-elle bien là ? Elle. Winter. L'étalon de jais ne pouvait pas s'y tromper, jamais il ne pourrait se permettre d'oublier l'odeur de la louve. L'alpha. Était-elle assez sotte pour s'aventurer ici, en plein territoire ennemi, ou était-ce un piège ? Opium se rappela son rêve et son estomac se noua sous l'appréhension. Un instant d'hésitation de trop ; la haine l'évacua. Son sabot frappa le sol avec colère, aussitôt l'étalon se remit en marche, décidé.

      Tu n'as rien à faire ici. Es-tu idiote ou suicidaire ma chère ? Car même pour le peu de respect que je te dois et que j'ose t'accorder, tu as peu de chance de faire le poids seule face à Lui. Craignant toujours que ce ne soit qu'une ruse de ta part, l'étalon avance maintenant prudemment au coeur de son territoire, cherchant des yeux l'objet de sa discorde intérieure. Et il trouva facilement ; trop facilement peut-être ? Tu étais là allongée, immobile et vulnérable ; à bout de force et au bord de la mort croirait-on presque. Opium s'avança encore, guettant les alentours aux aguets de n'importe quel mouvement ou bruit suspect. Mais rien. Rien du tout. Sauf toi.

    _________________

    « Opium Deal »
    Coupable, témoin et victime tout à la fois.


    « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
      Revenir en haut Aller en bas


      Invité

      Invité


      MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Mer 24 Mar - 2:04


      Winter .

        Le parfum s'immisça lentement au plus profond de mon être, et mon corps se mit à trembler de toutes parts. Ces violentes convulsions n'étaient dues ni à la peur ni à la peine, mais à la haine. Une haine sans limite. Mes mâchoires se serrèrent, et d'un bond je me redressai, les pupilles dilatées de malveillance. Sans toutefois percevoir le dominant des chevaux, j'entendis le fracassement furieux de ses sabots. Mes poils se hérissèrent sur mon dos, ma nuque et ma queue se redressa vers le ciel. C'est alors qu'enfin je l'aperçu. Opium Deal. Un sang vil et malsain s'écoulait dans ses veines, le sang de créatures qui ne méritaient qu'un sort. Des centaines d'images m'assaillirent soudain : Seven, le corps brisé, haletant.. Les hurlements de loups agonisant.. Tout ce sang, toute cette douleur.. A cause d'eux. De lui. Sa robe brune, tirant sur le noir, semblait étinceler au soleil, dans une grâce qu'il ne méritait pas. Les tremblements ne cessaient pas, et l'adrénaline déchirait mon cœur en morceaux. Bien entendu, même dévorée de colère, je n'étais pas stupide. Une attaque maintenant m'aurait obligatoirement couté la vie, même si l'étalon en aurait gardé quelques séquelles.

        Il avançait lentement, et je le fixai sans ciller. Puis sans une once d'hésitation, je fis un pas vers l'avant, puis deux..Je me dirigeai vers lui, fière, digne. Arrivée à une distance suffisamment éloignée pour éviter de gros risques, mes babines se redressèrent sur des crocs acérés, avide de sang. De son sang.
        Je savais pertinemment qu'il avait l'avantage. Il était sur ses terres,et sa force était pratiquement inégalable. Toutefois, je ne doutais pas de moi. Folie ? Peut-être. J'avais pour moi l'agilité. Et une haine intarissable. Le vent souffla bruyamment, m'apportant le parfum corsé du dominant. J'avais oublié tout le reste. Peut-être étais-je venue ici pour accomplir quelque chose qui ne dépendait pas de moi.. Peut-être était-ce maintenant ? La fin, pour l'un de nous. Mes yeux s'enfoncèrent profondément dans ceux du cheval, et j'y envoyai un flot de violence. Un grondement sourd monta de ma poitrine, puis mon corps se figea. Je ne rêvais que d'une chose : faire claquer mes mâchoires sur son encolure sombre.

          « Opium ! », sifflais-je.

        Ce nom avait été prononcé comme une insulte. Je l'avais craché tel un poison dangereux au corps d'un adversaire. Il ne méritait rien. Aucun respect malgré son rang, aucune compassion malgré les pertes qu'il avait subit. Rien. Et je ne lui donnerais rien.
      Revenir en haut Aller en bas

      avatar

      Opium Deal

        Fσи∂αтяιcє


      Puf : Tora & Padou :D
      Naissance : 28/04/1993
      Messages : 1225

      Libre au RP : Oui mais à petite dose.
      Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


      » Infos
      V a l i d . R e l a t i o n s :
      MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Mer 5 Mai - 6:16

        « Opium ! »

        Qui est-tu, idiote de louve ? Qui es-tu pour oser te dresser ainsi devant moi ? Pour qui te prends-tu, toi qui n'est qu'une des centaines de déchets qui peuplent malheureusement cette île. Exode devrait nous appartenir dans son entièreté. C'est aussi pour cela que nous nous battons, tandis que vous continuez de la souiller. Et nous répandrons votre sang impur sur cette terre qui nous chère aussi longtemps que vous vous dresserez devant nous. Et je répandrais ton sang sur cette bute, aujourd'hui même, rien que pour te montrer que jamais ton peuple ne doit se dresser ainsi contre moi. Il faut que tu apprennes, petite louve, que ce n'est pas toi le Roi. Que tu es ici chez moi et que je suis plus fort que tu ne le crois. Je vais te faire payer. Te faire regretter d'être si fière. Supplie-moi de t'épargner pour que je puisse plus vite te tuer.
        Quand était-ce la dernière fois que nous nous sommes croisés ? Étions-nous déjà Dominant et Alpha ? Étions-nous déjà les pires ennemis que cette Terre est connue ? Non. Seven et Riskan étaient les pires. Les pires de tous. Et nous continuer tous deux leur œuvre. Aucun de nous deux ne flanchera. Même si cette guerre oppose nos deux clans. Plus que tous autres, elle nous oppose tous deux. Parce que nous nous souvenons de leur cris agonisants et de la haine dans leur yeux, dans leur cœur. Nous nous rappelons leurs combats, leurs victoires et leurs défaites. Nous étions jeunes et fous, nous sommes toujours aussi fous. Et la haine nous bousille.

        « Crève, espèce de chienne. »

        Aussi digne que tu crois l'être, plus noble que tu ne pourras jamais l'être, je lève mon encolure bien haute. Ma queue panachée fouette l'air avec violence et chacun de mes muscles se bandent avec tant de puissance qu'ils tressaillent sous ma peau. Chacune des particules de mon corps est prête à effectuer le moindre mouvement. Attaque-moi et je me défendrais. Fuis-moi et je te tuerais. Un hennissement siffla dans le ciel, puissant et aussi sombre que les ténèbres. Puis d'un simple regard, je te défie. As-tu peur de m'affronter, petit être ?

      _________________

      « Opium Deal »
      Coupable, témoin et victime tout à la fois.


      « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
        Revenir en haut Aller en bas

        avatar

        Endless »

          Ẳcтєυя
          Je suis chez moi.


        Puf : Jun' [Junee]
        Naissance : 15/06/1994
        Messages : 309

        Libre au RP : Oui :)


        » Infos
        V a l i d . R e l a t i o n s :
        MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Sam 8 Mai - 1:17

          Crois-tu m'effrayer, créature de souffrance ?

          L'étalon se tenait fièrement, la tête haute, les muscles en fusion, prêt à répondre au moindre mouvement. J'aurais dut, logiquement, éprouver une crainte respectueuse à son égard, mais une telle haine était-elle réellement possible ? Étais-je à cet instant éveillée, consciente ? Oui. Chaque nerf de mon corps semblait vouloir lui échapper, chaque pulsion de mon cœur l'emplissait d'adrénaline. Jamais encore je n'avais éprouver une telle colère. Je n'étais que violence, âme de la mort sur le point de frapper. Mon esprit échappait complètement au contrôle de la raison. D'un coup d'oeil meurtrier, j'analysai la distance entre le cheval et moi. L'un de nous devait attaquer. Je te tuerai, Opium Deal.

            « Crève, espèce de chienne. »

          Ridicule créature. N'as tu rien trouvé de mieux ?

          Avant d'effectuer un pas décisif, qui conduirait l'un de nous à la mort, je me forçai à faire abstraction. Les oiseaux se turent, le vent cessa son sifflement, et la terre sembla tourner au ralenti. Le paysage devint uni, grand ciel bleu sans aucun nuage.. Devant moi se tenaient ma mère, mon père, Seven, les membres de la meute.. Je cru même distinguer une ombre charbonneuse, me fixant de son regard d'argent. Tous ces êtres avaient tellement comptés. A leurs côtés se tenaient mes erreurs, particules de sang flottant dans les ténèbres. Et là, à mes pattes, un petit louveteau me fixait, sa fourrure blanche étincelante au soleil. Son corps m'appartenait, son regard d'azur, son souffle paniqué.. Est-tu le fond de mon cœur, petite Winter ? Jeune louve terrifiée à l'idée de sa mort.. Va-t'en, et enfonce toi dans l'abime de la folie qui me ronge. J'ai repoussé ces stupides sentiments.
          Je n'ai pas peur.

          Puis tout disparu. Autour de moi, les grands arbres centenaires reprenaient leur douce valse, au rythme du vent, le parfum vil et malsain de l'étalon emplit mes narines, et une haine jusqu'alors insoupçonnée prit possession de mon faible corps. D'un rapide et violent coup de patte sur le sol, je m'élançai vers l'ennemi, filant vers son corps musclé, et enfonçant mes crocs au plus profond de son poitrail. Avant de m'envoyer à la mort, Opium Deal, reçoit de ma part ce magnifique présent.
        Revenir en haut Aller en bas

        avatar

        Opium Deal

          Fσи∂αтяιcє


        Puf : Tora & Padou :D
        Naissance : 28/04/1993
        Messages : 1225

        Libre au RP : Oui mais à petite dose.
        Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


        » Infos
        V a l i d . R e l a t i o n s :
        MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Lun 24 Mai - 10:20

          Et tu te tenais sûrement aussi droite et fière que moi. Ton regard d'azur que chaque louve devait t'envier n'était aujourd'hui plus que l'ombre bleutée de la mort elle-même. Cette mort qui t'enserrait déjà dans ses bras à ce moment. De nous deux, tu étais sûrement la plus éteinte, la seule à doucement sombrer. Sur ton visage, je ne pouvais lire que cette rage infinie qui déformait tes traits. La colère te berçait, la rage te parlait ; et tu les écoutais attentivement, t'abreuvant de leur pouvoir destructeur sur l'ennemi mais aussi sur l'âme. Tes muscles frémissaient sous ton pelage de neige et tu évaluais le proche combat, guettant l'instant propice où tu pourrais t'élancer. Mais viens donc. Viens jouer, danser avec moi. Un mince sourire s'afficha sur mon visage à cette réplique silencieuse, un sourire ironique et énigmatique. Mais qu'en avais-tu à faire ? Tes yeux étaient perdus sur des formes que je ne distinguais pas. L'espace d'un instant, tu m'oublias, je crois. Aurais-je dû en profiter ? Non. Je ne suis point un lâche, ma chère.

          Tout autant que toi, je guettais le moment où je pourrais engager ce combat sanglant. Il ne pouvait en aller autrement qu'à la mort de l'un de nous, cela je le savais tout aussi bien que toi. Cette rencontre ne pouvait annoncer qu'une bataille meurtrière et des répercussions dévastatrices. Sais-tu, petite louve, ce qui adviendra si l'un de nous deux péris ? Y as-tu réfléchis ? Moi pas. Aujourd'hui n'est pas mon heure ; mais seul l'avenir le dira. Cette rencontre n'est pas dû au hasard. Soudain une question inattendue me traversa l'esprit.
          Serait-elle venue délibérément me trouver ?
          Était-ce donc ce que tu voulais ; venir me provoquer ? Depuis le début, dis-moi, cherchais-tu cet affrontement et la mort qui s'en suivra ? Ce regard éteint et cette nonchalance que durant quelques minutes j'ai pu t'observer étaient-ils la raison de cette situation ? Chacun de nous deux avait des responsabilités vis à vis des siens et sûrement des membres qui nous étaient chers. D'autres qui comptaient sur nous. Les avais-tu tous abandonné pour venir me trouver, sans savoir si tu en reviendrais ? Pire. Cherchais-tu à te faire tuer ?

          Le tremblement dû à ta course folle sur cette étendue verdoyante me fit reprendre conscience du temps présent. Toutes ces questions sans réponse et déroutantes n'avaient réussi qu'à me faire perdre quelques secondes précieuses de réflexe. Avant que je n'ai eu le temps de bondir hors de ta portée ou de me lever sur les postérieurs pour te fracasser de mes sabots, je sentis tes crocs guidés par une mâchoire puissante s'enfonçaient dans ma chair. Tu étais rapide, trop rapide cette fois-ci, petit être. La douleur lancinante me fit chavirer l'espace d'une seconde, alors que des gouttes écarlates perlaient déjà le long de mon poitrail jusqu'à abreuver cette terre si chère. L'idée que l'Alpha puisse se délecter de mon sang me mit dans une rage folle. Dans un sursaut d'énergie, j'utilisai toute ma force musculaire pour soulever mon avant-main du sol. Je devais maintenir à plus d'un mètre du sol mon poids en plus de celui de ton corps - dont les pattes ne touchaient plus le sol. J'avais peu de temps pour que, soit tu lâches, soit je retombe. Alors je battis furieusement des antérieurs dans l'espoir bien réel et possible de te percuter de plein fouet. Et tu seras à ma merci.

        _________________

        « Opium Deal »
        Coupable, témoin et victime tout à la fois.


        « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
          Revenir en haut Aller en bas

          avatar

          Endless »

            Ẳcтєυя
            Je suis chez moi.


          Puf : Jun' [Junee]
          Naissance : 15/06/1994
          Messages : 309

          Libre au RP : Oui :)


          » Infos
          V a l i d . R e l a t i o n s :
          MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Mar 25 Mai - 7:33

            Il avait compris. Il savait que le hasard et la chance n'étaient pour rien dans ce combat. Il savait qu'une sombre raison se cachait derrière ma venue. Et bientôt il apprendrait réellement l'ampleur de cette bataille. Et les conséquences qui s'en suivraient. J'avais laissé la meute, derrière, à quelques kilomètres sur la terre des loups. Entendraient-ils quelque chose ? Savaient-ils qu'à cet instant précis, leur alpha se battait contre ce sang vil et malsain ? Non. Certainement pas. Et j'avais veillé à cela.. A les protéger, à me protéger. Mais après tout.. Auraient-ils essayé de m'empêcher de me battre ? En avaient-ils la force ? Surement.. Moi je ne l'avais pas.. Et en venant ici, j'avais trop hésité, je n'étais plus si dure et déterminée qu'au début.. Au commencement..

            Mon corps s'éleva dans les airs, secoué de toutes parts par le grand dominant. Mes efforts pour tenir bon me faisaient presque oublier le sang chaud et relevé qui s'engouffrait entre mes crocs. Soudain un craquement sourd me vrilla les tympan, et une douleur lancinante déchira mes fines côtes. Les sabots du grand étalon m'avaient frappée de plein fouet, me faisant lâcher prise pour m'étaler au sol. Haletante, je me trainais au milieu des douces herbes, dans l'espoir de me dégager des jambes de l'ennemi. A bout de force, le corps sanglant, je me redressais les mâchoires si serrées qu'elles menaçaient de se briser, et je plantai au fond de ses rétines un regard assassin. Dans un dernier effort, je fonçais sur l'étalon, consciente que ma fatigue m'empêcherait de l'atteindre. Mais peu m'importait. Tout crocs dehors, prêts à claquer, à arracher la chair, je ne songeais à rien. Puis sans même que je puisse comprendre, un choc bien trop violent me fit suffoquer, et presque vide de force, je m'écroulai au sol. Un sourire méprisable se dessina sur mes lèvres, et un ricanement heurté s'échappa de ma gorge.

              « Sais tu qui me succèdera, Opium ? Il se nomme Djamay. Ça ne te dis rien, n'est-ce pas ? Laisse moi donc t'éclairer.. »

            Un mince filet de sang s'échappait de ma bouche, et ma vue se fit floue. Les muscles tremblants, je tentais tant bien que mal de fixer mon adversaire, ne distinguant qu'une forme sombre à peine perceptible.

              « Il est le fils de Seven », soufflais-je « Celui même qui a dirigé les troupes, lors de la mort de ton cher père.. »

            Tout devint noir. Un son irrégulier battait à mes oreilles, un son grave, de moins en moins précis.. Et au loin un hurlement de loup retentit clairement, jusqu'à se taire parfaitement.

            J'avais perdu.



          - Opium Deal ; puis Libre -

          Revenir en haut Aller en bas

          avatar

          Opium Deal

            Fσи∂αтяιcє


          Puf : Tora & Padou :D
          Naissance : 28/04/1993
          Messages : 1225

          Libre au RP : Oui mais à petite dose.
          Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


          » Infos
          V a l i d . R e l a t i o n s :
          MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Sam 29 Mai - 6:53

            Tu tenais bon. Tes crocs entaillaient ma chair, la déchiraient, mon sang coulait. Tu t'en délectais. Tu étais forte petite louve, mais tu jouais à un jeu dangereux. Petit être, tu n'étais qu'à quelques centimètres de mes tranchants sabots. Emportées par la puissance de mes membres, ils frappaient l'air avec violence, jusqu'à ce que la précision s'en mêle et que je sente sous eux la chaleur de ton corps. À plusieurs reprises, je t'effleura et je crois alors que l'odeur âcre de ton sang se mêla à celle du mien, plus forte. Puis ce fut le coup décisif. Tes os craquèrent sous la violence du coup et tu perdis le combat. Oui, tu avais déjà perdu à cet instant. Tu le savais. Ton corps atterrit brutalement contre le sol, toujours proie à mes sabots. Mais tu ne renonçais pas. Ton regard d'azur me transperça l'espace d'une seconde, durant laquelle je vis toute la haine des tiens réunis. Cette colère bouillonnante me frappa de plein fouet. Je me tenais sur mes quatre sabots et un frisson me parcourut sous ce regard. Quand de nouveau tu t'élanças vers moi, mon sang ne fit qu'un tour dans mes veines, la haine m'enveloppant tout entière. Je baissa la tête et l'encolure d'un mouvement vif, presque brutal, et rua d'un même élan. Mes postérieurs te frappèrent de plein fouet, l'un à la gorge, l'autre dans tes côtés déjà éprouvées. Tu t'effondras sous ces coups mortels, décisifs. Pourtant, tu semblais encore avoir la force de te battre.

            Oui, de te battre contre la mort. Certains n'aurait dit ou pensé de toi que tu te traînais comme une larve, que tu étais vaincue et déjà enterrée. D'autres auraient rit en ajoutant que tu ne valais rien, pas plus que tous ses autres animaux qui sont de ton clan, du même sang. Je sais ce que tu penses de moi, de ma race. Tes paroles sont aussi acérés que tes crocs. Pourtant, dans la noblesse et le respect dont je sais faire preuve, bien que tu en doutes - à juste cause sûrement -, je rends hommage à ton courage. Je suis certain que tu n'es pas venue ici dans le simple but de te balader ou de rencontrer l'ennemi. Tu m'as fait face. Et tu le fais toujours, alors que même la mort plane au dessus de ton frêle corps. Impunément, avec rage, tu repousses ses doux bras pour laisser ton empreinte dans ma mémoire, pour me laisser ses quelques mots.

            « Il se nomme Djamay. Il est le fils de Seven »

            J'y penserais, Winter. Rassure-toi, je m'en souviendrais. Tu sais, Seven est mort, son fils ne m'apportera pas cette vengeance tant désirée il y a des années de cela. Mais un monstre engendre des montres. Alors soit en paix, je le tuerais aussi. Je resta sans bouger alors que tu donnais ton dernier souffle. Un soin lointain, tel un hurlement des tiens, fit échos sur la butte, mais je n'en suis pas très sûr. D'un mouvement qui se voulait lent, j'effleurai ton pelage ensanglanté de mes naseaux.

            « Je t'avais prévenu, petite louve, mais tu n'écoutais jamais. »

            Est-ce donc cela qu'on ressent quand on a vaincu son ennemi ? Il manquait quelque chose à ce tableau, je crois. Alors je releva l'encolure et le vent s'engouffra dans ma crinière. Il souffla à mes oreilles et je crus percevoir la forte voix de mon père. Oui, il était fier de moi. La douleur me lançait, pourtant je savais que je n'en ressentait pas encore tous les effets. Le sang coulait le long de mes antérieurs, mais je ne m'en souciais plu, pas pour l'instant. Soudainement, je fis quelques pas à reculons et me dressa sur mes postérieurs. Un hennissement véhément, de dominance, retentit comme le tonnerre.
            J'étais vainqueur.


          { Libre }
            Note: Si certains répondent, notez que Opium ne se tient plus sur les lieux.


            _________________

            « Opium Deal »
            Coupable, témoin et victime tout à la fois.


            « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
              Revenir en haut Aller en bas

              avatar

              Salador

                Ẳcтєυя
                Je suis chez moi.


              Puf : Sald'
              Naissance : 06/11/1996
              Messages : 426

              Libre au RP : Nan.


              » Infos
              V a l i d . R e l a t i o n s :
              MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   Dim 20 Juin - 3:15

              Tout se passe la nuit. Tous se rendent compte de ce qui s’est réalisé, la nuit. Lorsque tous sont endormis et que la Lune est accompagnée des vagues noires et lourdes des ténèbres. Les gardiens célestes étincelaient d’un plus gros éclat, plus vif et plus rougeoyant et, comme à son habitude, le Grand mutilé ne dormait pas. Ces temps-ci, les esprits des morts le hantaient, lui tournaient autours et lui obnubilaient l’esprit. Comme pour le prévenir, le prévenir d’un événement. Et lui, Salador, était pris d’insomnie en plus de son mutisme quotidien. Depuis sa discussion avec Winter, c’était toujours la même chose. Dans le camp, louveteaux, sans-grades, guerriers ne faisaient point attention à l’âme vagabonde réveillée devant eux. Puisqu’ils étaient enveloppés des doux bras de Morphée. Le massif guerrier, depuis cette nuit, CETTE recherche, apercevait chaque signe, chaque changement d’atmosphère avec une froideur exceptionnelle et sensible. Ses pattes antérieures amochées des lustres déjà tressaillaient. Ses prunelles aussi noires qu’un puits sans fond fixaient la toison argentée d’un air vague…

              Il se passait quelque chose loin de la terre des loups. Le vent le disait, les étoiles avaient accueilli une nouvelle âme dans leurs cieux, dans leur séjour de bienheureux. Mais quelle âme?? Le souffle du Nord lança une grande bourrasque, chose rare en été. Il murmurait sans cesse de le suivre, de suivre sa fraîche caresse. Au fond de lui, Salador avait la nette impression qu’il fallait l’écouter. Il se leva, las de ses insomnies, las de ce monde si complexe et subtile. De sa démarche lourde et feutrée, le guerrier aguerri sortit du camp, tous ses sens en alerte. Le Nord murmurait toujours : La butte des titans… La butte des titans… La butte des titans, ça lui disait vaguement quelque chose… Le mutilé s’arrêta quelques instants et ramena des souvenirs à la surface de sa mémoire. Mais oui, c’était sur la terre des chevaux! Quel idiot faisait-il parfois! Salador se souvenait très bien d’une excursion qui avait porté ses fruits. À la toute fin, ses crocs acérés s’étaient plantés dans la chair tendre d’une de ses bêtes à sabots. Quel goût si délicieux… Le mâle à la robe crémeuse passa sa langue râpeuse sur ses babines. Avec chance, il trouverait bien une de ses bêtes à déguster.

              Avec cette pensée un peu, comment dire, in conventionnel, le Grand se remit en route avec une cadence beaucoup plus rapide. Arrivé à cette sorte de gros promontoire herbeux, il leva sa truffe au vent, essayant de discerner une quelconque odeur d’un confrère ou d’une consœur. Un effluve de sang. Une odeur de louve. Une senteur d’étalon. Même Salador, piètre pisteur, eu comme réflexe de suivre cette fine piste tandis que celle-ci le mena au corps inerte et sanguinolent de la femelle de son espèce. Cette silhouette, ce rictus sur ces babines, ces prunelles de glace grandes ouvertes en un dernier regard sur la vie, ce pelage jadis lumière dans les ténèbres. Toutes ces caractéristiques réunies formaient Winter, sa dominante.

              Un voile brumeux passa sur la vue de Salador. La mort le suivait partout, le collait au basque sans arrêt et s’en prenait à des gens innocents. Pourquoi, pourquoi ne pouvait-elle pas le dispenser de cette douleur de vide, en lui, avec une simple proposition mortelle? Maintenant, la certitude que ses géniteurs étaient bel et bien morts le happait de plein fouet, puisque la lumière de sa sombre vie venait de s’éteindre. Le guerrier musclé s’approcha de la défunte chef et l’examina à la dérobé. Cela ne faisait aucun doute, Winter avait cherché à se tuer. Et contre qui s’était-elle battue? Le dominant des chevaux, sûrement. Finalement, le loup crème était content pour elle. Si elle ne supportait vraiment plus la vie de mortelle, là où elle est doit la combler entièrement. D’une de ses grosses paluches, Salador ferma les paupières de l’Alpha. Son repos éternel avait commencé.

              -Tu te souviens de cette nuit à la Pierre de Silence? J’ai demandé aux étoiles de me guider, de me parler et de me répondre. Alors, maintenant, c’est ton devoir de faire ces actions puisque tu es devenue l’une d’entre elles. Allez, repose en paix maintenant, va retrouver les tiens.

              Celui qui amène la mort s’assit devant la défunte et ferma les yeux, laissant la brise estivale ébouriffer son pelage. De marbre et sans expression, il espérait silencieusement qu’un autre loup viendrait dans ses terres éloignées pour rendre un dernier hommage à l’Alpha femelle.

              [Je suis trop fière de moi pour ce rp.^^]
              Revenir en haut Aller en bas


              Contenu sponsorisé




              MessageSujet: Re: « Imagination Dangereuse... [LB]   

              Revenir en haut Aller en bas
               

              « Imagination Dangereuse... [LB]

              Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
              Page 1 sur 1

              Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
              Memories :: ­
              Hors - Jeu
               :: ▬ Corbeille :: ▬ RPG, ancienne version.
              -