AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Avenging Spirits.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Opium Deal

    Fσи∂αтяιcє


Puf : Tora & Padou :D
Naissance : 28/04/1993
Messages : 1225

Libre au RP : Oui mais à petite dose.
Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :
MessageSujet: Avenging Spirits.   Mar 13 Sep - 1:43


« Avenging Spirits. »
Le Corbeau & Libre


    Apocalyptica ~ Prologue [Apprehension].


Il martèle brutalement mon crâne, me harcèle.
J'ai peur de ne pas en sortir vivant, oui je chancèle.


Souffrance intime. Elle se nourrit de mes péchés, de mes erreurs et de tous ces petits vices qui ont agrémenté ma vie. Elle fait tout pour que les remords me submergent, pour que des regrets j'éprouve sans retour. Elle essaye de m'asséner des coups dans le dos quand je tombe à genoux et tente de fuir toute cette sordidité. Et je dois me défendre pour ne pas mourir déjà, pour pouvoir perdurer malgré que j'entende déjà l'Enfer qui m'appelle. Ruades, cabrioles, coups de culs enchainés, fureur déchainée. Mon corps se tord avec un espoir meurtri, meurtri mais démesuré. Je ne mourrai pas, pas encore. Je décide de ma vie, de ce que je veux en faire, comme cela a toujours été. Je ne laisserais pas ces fers m'enchainer, même si pour cela je dois m'arracher le cœur. Prenez-le, qu'en ferais-je maintenant ? Je n'en a plus besoin, la destin m'a volé la seule pour laquelle il battait. Mes enfants n'en ont pas besoin, sauf pour espérer un jour me purger de cette folie. Mais il est trop tard. Endless n'en a pas besoin, sauf pour lui faire vivre son dernier battement de ses propres crocs. Mais elle n'y arrivera pas, pas tant que je ne le déciderais pas. Comprenez cela ; la folie ne m'enverra pas à la tombe.

La clairière est sombre, les arbres omniprésents et à moitié calcinés par endroit ressemblent à tous les corps abîmés de mes congénères, ceux qui pourraient m'en vouloir de les avoir conduit ici. Ils prennent ici des angles étranges, comme s'ils se tordaient de douleur. Et moi je me débats dans ma cage invisible, je redoute l'instant où ils vont tous s'avancer pour me faire payer chacune de mes erreurs. Ces êtres délirants m'étouffent, leurs branches frémissantes semblent prête à me fouetter avec violence. Leur cime vont bientôt cacher le ciel, me plonger dans une obscurité telle que je ne pourrais même plus y deviner mes propres sabots. Les ténèbres vont m'oppresser et laisser ces voix malsaines venir hanter mes rêves les plus fous. J'entends déjà leurs grognements sourds, leurs rires machiavéliques et je sens déjà leurs souffles se glisser entre mes crins et caresser ma jugulaire. Ils se rient de moi, de ce Roi déchu que je suis devenu. Ils se rient de ce que la Catastrophe m'a volé même si certains d'entre eux y ont perdu la vie, tout comme Elle. Riez, riez donc mes amis. En attendant, c'est moi qui suis encore en vie. Et tant que je serais de ce monde, ce n'est pas vous qui me ferez perdre le peu de raison qu'il me reste. J'en ai encore besoin pour chercher inlassablement une trace, un fantôme peut-être. Elle n'a pas pu me quitter ainsi, sans laisser pour moi quelques paroles, un mot.

Même Winter m'a ce jour laissé quelques mots.
Bien encrés dans ma mémoire, imprimés à vie.

Tourment intense. Je ne sais plus où donner la tête dans ce vil univers qui est en train de me bouffer. Où dois-je poser mes pas pour ne pas manquer de me retrouver enliser dans des sables mouvants ? Vers quel arbre dois-je m'avancer pour ne pas finir abattu sous les coups marteleurs ? Je suis immobile, bien droit sur mes quatre membres et je vous fais face. Ma tête haut portée et ma queue panachée, comme si je voulais faire la cour à de belles dames. Mais ici cela ne me sauvera pas. Être digne, même devant les derniers instants, c'est ce que l'on m'a inculqué.


Sa voix claire me souffle encore quelques mots à l'oreille.
Et je ne suis pas sûr d'y survivre.

_________________

« Opium Deal »
Coupable, témoin et victime tout à la fois.


« Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar

    Le Corbeau

      Ẳcтєυя
      Je suis chez moi.


    Puf : Accidentale.
    Naissance : 11/09/1995
    Messages : 375

    Libre au RP : .....Mwais 8D
    Playlist : Rêve pas, tu comptais m'exploiter ? Ba nan x)


    » Infos
    V a l i d . R e l a t i o n s :
    MessageSujet: Re: Avenging Spirits.   Lun 16 Jan - 10:56

    Incontrôlables, insaisissables
    BON RETOUR PARMI LES FOUS ♫


    Eh, bonjour monsieur du Corbeau. Que vous me semblez joli, que vous me semblez beau ! Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le phœnix des hôtes de ces bois.
    Le Corbeau ouvre un œil. Puis l'autre. Quelques secondes à peine et le voila, émergeant de ses rêves sauvages dénués de sens. L'esprit encore embrumé, il s'efforce de ne penser a rien. Faire le vide dans sa tête. Objectif malheureusement impossible à atteindre. Pour lui. A peine eu-t-il relevé sa tête douloureuse vers le ciel que, déjà, des vagues de sensations s'emparent de son corps. Un long frisson parcoure fébrilement son échine. Le grand loup noir passe une langue lente sur ses babines encore tâchées d'un vieux repas. Et soudainement, un voile noir recouvre ses pensées qui se mirent à bouillir. Son âme surchauffait. Son sang martèle ses tempes douloureuses. Il lui fallait marcher. Marcher pour oublier. Machinalement, ses pattes si frêles le conduirent à travers les bois ancestraux. Ses pas sont aussi réguliers que le mécanisme d'une vieille horloge. Tête basse, le Corbeau porte un regard froid et insensible à la beauté matinale. La brume épaisse au pied des arbres finit par enrober le loup tout entier. Si bien qu'il ne distingue plus les hauts troncs des arbres qui portent le ciel. Sa silhouette se faufile entre les branches basses et les buissons. Et malgré tous ses efforts pour se contenir, il n'en peut plus. Il n'en peut plus de se retenir. Et, d'une manière très rauque, et agressive pour toute ouïe appartenant à une personne sensée, le Corbeau ricane. A gorge déployée, il hurle. Bientôt, il s’immobilise, en arrivant près de son but. Un cheval, ce cheval. L’écho de son rire grave se répercutant tout autour du mastodonte qui lui servait d'ennemi lui permettait de rester cacher. Mais, qui donc est assez fou pour vouloir rester dans l'ombre ? Il s'avance, gueule ouverte, langue pendante. Le loup pose un regard sur Opium. Un regard ardent, un véritable brasier de l'enfer. Ses pupilles tremblent. Le chef lui-même serait incapable de connaître le mal qui le ronge. Le chasseur s'arrête à quelques mètres de l'imposant cheval. Terriblement proche de l'ennemi. Provoquant. Mais il sait qu'il ne mourra pas. Il ne peut pas mourir. Pas maintenant. Il dévisage l'étalon. Longuement. Le décrypte. L'analyse. Mal en point. Terriblement mal en point. Il a peur. Le Corbeau, lui, n'a pas peur. Puisqu'il est libre. Il n'est plus que fumée. Il s'infiltre dans son esprit. Ses yeux brûlants ne quittent pas ceux du chef de troupeau.
      le corbeau
      « Bonjour, monsieur du Corbeau. Que vous êtes joli, que vous me semblez beau. »
    Pourquoi vouloir y trouver un sens ? Ce ne sont que de futiles paroles, n'est-ce pas ? Et après tout, que fera-t-il des paroles d'une personne qui ne se connait pas même elle-même ? Non. Le Corbeau n'est plus ce qu'il était. Alors, rassure toi, le cheval, il n'a pas peur de toi.
    Revenir en haut Aller en bas
     

    Avenging Spirits.

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Memories :: 
    Rôle Play Game
     :: ▬ Flash-Back
    -