AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Acaeudd ₪ l'aveugle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Acaeudd

    Ẳ ℓ'αιѕє
    On s'connait, non ?


Puf : M.0FF
Naissance : 17/06/1994
Messages : 188

Libre au RP : yeeees
Playlist : So far away - Avenged Sevenfold


» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :
MessageSujet: Acaeudd ₪ l'aveugle   Mer 22 Juin - 20:32











A quoi bon ? Pour les uns tu es l'infirme, pour les autres le vieux, pour les dernier le sage. Qu'importe. Tu existes, voilà tout.



      ▄ Nom : Qu'on se le dise, c'est par ce nom que tu existes. Ne l'oublie pas, Acaeudd.
      ▄ Prononciation : A-ka-eu-de

      ▄ Âge : Qu'importe ? Cela fait si longtemps que le soleil se lève, sans que jamais tu ne puisse l'apprécier.

      ▄ Sexe : Mâle

      ▄ Rang :
      Quel grade ta cécité te permet-elle d'obtenir au sein de la meute ? Aucun. Tu n'es qu'un loup solitaire, vieux et aveugle. Rien de plus.




La croix qui barre ton front est tout ce que l'on retient de toi. Mais après tout, tu n'es qu'un loup.



      ▄ Apparence :
      L'ambre terne de tes yeux n'existe plus. Il a disparu, détruit par une patte rageuse. Souillé par le sang séché et la chaire reconstituée. Plus de regard. Plus jamais. Cicatrices. Que des cicatrices. Partout. Sur le museau, les membres, les flancs, le ventre, le dos, le poitrail. Partout. Blessures trahissant un triste passé. Une fourrure de jais, clairsemée de lignes argentées trahissant ton âge avancé, d'autre ta naissance. Une silhouette comme une ombre. Furtive et agile. Disparaissant dans la nuit.
      Mais de loin, tout ce que l'on voit, c'est un loup.

      ▄ Particularités :
      Cette croix qui barre ton front. Ce n'est point une blessure de guerre. Non. C'est ta punition, Acaeudd. Une gravure douloureuse qui n'aura de cesse de te rappeler tes actes malheureux. Un symbole indélébile, qui scella ton destin à jamais. Une marque de chair et de sang qui fit de toi un aveugle. Au sens propre du terme.



Tu n'es pas de ceux que l'on oublie Acaeudd. Moi en tout cas, je crois que je ne pourrais jamais t'oublier.




      ▄ Personnalité :
      Mélancolie. Des souvenirs t’assaillent nuits et jours, se transformant en cauchemar. Ils te hantent, sans relâche. Te rendent fou. Fou de douleur. Fou de tristesse. Combien de fois t’es-tu éveillé en sursaut et criant comme au premier jour ? Combien de fois es-tu tombé ? Ils sont un malaise permanent. Une douleur intense. Une torture. Et pourtant… Tu n’as pas le courage de la laisser partir. Tu ne veux pas la quitter. Tu veux continuer à la voir, la garder près de toi, pour toujours. Cette mélancolie perfide te rend faible. Tu n’es même plus capable, de chasser quelques images. Tu ne sais pas, la laisser partir. Tu ne veux pas. Tu ne peux pas. C’est dur, si dur. Prends-garde Acaeudd. Elle te rend fou. Elle te ronge. Et je sais, c’est elle qui te tueras. Alors s’il te plaît, Acaeudd, laisse la partir. Laisse-la s’en aller. Ne la laisse pas te détruire.
      Le monde n’est plus le même, depuis que ténèbres y demeurent. Te voilà face à un monde où le danger est permanent. Ne jamais baisser sa garde. Jamais. Toujours se méfier. Toujours. Jamais de violence. Que des paroles. La faiblesse d’antan n’existe plus. Ne plus baisser la tête. Toujours se relever. Et essayer de ne plus tomber. Tu es fort, Acaeudd. Je le sais. Je le sens en toi. Tu inspires le respect. Parfois tu intimides. C’est comme ça, que tu survis.
      Fuir ? Tu ne sais plus. Ce concept t’est à présent étranger. Jamais plus, tu ne fuiras. Jamais plus, tu ne les laisseras. Quel que soit le danger, tu l’aideras à avancer. Tu le soutiendras. Et tu seras toujours là, pour le relever. Tant ont souffert parce que tu avais fui. C’est fini. Tu seras là. Sans jamais rien demander en retour. C'est pour eux. C'est pour toi.



Le passé. Tu n'as pas la volonté de t'en débarrasser. Et pourtant, je sais à quel point il t'est douloureux.



      ▄ Liens :

      Kaadien (décédée) ;
      il y a tant de choses que j'aurais aimé te dire. "Pardon, pardon. Jet 'en prie, excuse-moi. Pardon. Si tu savais comme je m'en veux. Vraiment. Pardon." - "Merci. D'avoir existé. D'avoir été là. D'être restée près de moi. De n'avoir vu que moi. De tout mon coeur, merci." - "Et j'espère que lorsqu'on se reverra, tu seras fière de moi."
      Mais le plus beau, le plus fort et le plus intense restera le plus court : "Je t'aime."

      Asorek ;
      Je garde en moi cette haine de gamin jaloux et souffrant. Sache qu'elle est intacte, et toujours aussi intense. Reste loin de moi Asorek, cela nous évitera des erreurs à chacun.
      Je crois que jamais l'on aurait dû être frère. Jamais.

      Opium Deal ;
      Moi loup. Toi cheval. J'ignore cela. Ce soir d'orage, je crois que je m'en souviendrais longtemps. Car je n'ai vu en toi qu'un ami. Et non un ennemi. Et cette nuit, je suis content que tu sois là. Merci Opium. Car grâce à toi, je chasse la solitude. Ainsi que ces rêves qui me hantent.

      Endless ;
      Je t'ai promis de toujours t'aider à te relever. Je le ferais. Il y avait un ciel si beau, cette nuit-là. Il fallait prendre le temps de l'admirer. Mettre ses peurs et sa douleur de côté. Et oublier. Tu avais besoin d'aide. Mais moi aussi, j'ai besoin d'aide. Tu as ravivé en moi un passé que j'ai tant de mal à enfouir. Mais qu'importe. Nous étions deux.

      ▄ Histoire :
      Le passé ne cesse de te hanter. Ce qu'il te faut c'est cesser de regarder en arrière. Oublier. Alors pourquoi en parler ? Mais s'il le faut alors soit, je le ferais pour toi. De toutes façon, tu en serais incapable.

      Deux frères. Deux rivaux.
      Asorek. Le beau mâle au pelage de jais uniforme. Dont les yeux sont des saphirs. Une silhouette noble et fière.
      Acaeudd. Une fourrure moins soyeuse, déjà parsemée de petits poils argentés. Dont les yeux ont un éclat moins intense, une couleur moins originale. Seulement de l’ambre. Une silhouette un peu faiblarde. Moins impressionnante.
      Tu n’étais qu’une pâle copie de ton frère. L’objet d’une terrible comparaison. Il était fait pour devenir Alpha. On t’imaginait sans grade. Tu n’étais que son ombre. Tu n’existais pas. Ignorance à ton égard. Petit loup effacé. Sans personnalité. Tu ne savais pas te défendre alors tu étais juste leur souffre-douleur. Ces êtres sont bien cruels, n’est-ce pas ? Qui sont-ils pour te rabaisser de la sorte ? Qui sont-ils pour te rendre malheureux ? Mais surtout, qu’est-ce que tu leur as fait ? C’est une question qui te perturbait, qui revenait sans cesse. Mais à laquelle personne ne voulait répondre. Ou plutôt, à laquelle personne n’avait de réponse.
      Je me souviens ce jour où tu étais là. ; ventre contre terre, oreilles contre nuque. Tremblant de peur. Cachant ton désespoir. Ravalant ta colère. Et de ces deux jeunes loups aux pelage fauve, penchés sur ton corps. Dans leurs yeux ne voyait-on que du mépris. Et le plaisir de te faire peur, de te faire du mal. Des coups ? Non. Seulement des mots. Mais des mots d'une douleur insupportable. Ton frère était là. A quelques mètres. Il t'a regardé. Tu l'as supplié. Tes yeux lui disait "aide-moi, frère". Mais il n'a pas daigné te reconnaître. Ignorance. Il est parti sans se soucier. Mon frère ? Pourquoi ne pas être venu, quand j'avais tant besoin de toi ? J'étais faible, tu étais fort. Alors, pourquoi ne m'as tu pas protégé ?

      Je te hais, Asorek, je te hais. Parce que tu as tout ce que je n'ai pas, parce que tu es mon exact contraire, parce que j'ai tant souffert à cause de toi, parce que je n'ai jamais été heureux. Je te hais parce que tu existes. Asorek, je te hais.

      Tu le haïssais. Vraiment. Trop peut-être pour pouvoir le dire avec des mots. Mais tu n'as jamais osé lui dire. Tu l'as gardé, au fond de toi. Te contentant de le maudire pour ce qu'il et toi étaient... et de baisser le regard quand il passait à côté. Car malgré tout tu restais faible, inférieur. Incapable de te défendre, car tu n'as jamais appris. Car on ne t'a jamais encouragé à le faire. Car tu avais peur, tout simplement. C'est ainsi que tu vis une partie de ta vie. Da la crainte. Dans la haine d'un frère. Dans l'ignorance des autres. Dans leur cruauté. Dans la douleur. Sans avoir le courage de dire leur dire stop. Sans savoir comment leur dire "je suis comme vous".

      Je me souviens de ces fois là. Un congénère loup rabaissé par ses semblables. Insulté. Violenté. Tu assistais à ses scènes de loin. Tremblant. 'Lui c'est moi. Eux ce sont les autres.' Et toi, tu reproduis le comportement de ton frère. La frousse t'empêchait d'agir. Tu te disais 'ça aurait pu être moi', mais ce n'était pas toi. Alors tu te disais que tu avais y échappé pour une fois. Et tu fuyais. Tournant le dos, la queue entre les jambes. Pourquoi aider ? Si tu y étais allé tu aurais subi le même sort. Lâcheté. La peur et le manque de courage t'ont rendu lâche. Malheureusement, ce genre d’attitude fut fréquent. Et au fond tu le savais, tu haïssais ton frère un peu plus à chaque fois. Et à chaque fois, tu commençais à te haïr. Tu étais triste alors à cette époque. Si triste.

      Et un jour, tu as commis l’irréparable. Ton frère avait trouvé une compagne. Il était heureux. Il avait quelqu'un qui l'aimait. Toi, personne ne t'aimait. Qui aurait pu de toutes façon ? Qu'importe. Cela se passa un jour d'été. Le soleil déclinait ses couleurs en un doux tableau de crépuscule. Et elle était là, la douce compagne d'Asorek. Désespoir en elle qu'il était vain essayer de cacher, il se lisait en ses yeux. Leur émeraude n'avait plus aucun éclat. Ils étaient vides. Et elle aussi, elle était vide. Elle se tenait donc là, au bord du gouffre. Et toi aussi, tu étais là. "Dis à ton frère qu'il n'aurait rien pu faire." Une patte après l'autre sur le sol. Puis une dans le vide. Et son corps bascule. Tombe. Et ne se relève plus. Tu ne l'as pas empêchée de mourir. Tu ne t'es pas levé. Tu l'a juste regardé. Pétrifié. Tremblant. Comme à ton habitude. Mais n'ai crainte Acaeudd. Tu n'aurais rien pu faire. Rien. Hélas, ce n'était pas l'avis de ton frère qui de loin, avait vu sa belle se donner à la mort. Le fautif ? Toi. L'irréparable ? L'avoir laissée tomber. Alors il t'as battu. Mordant ta peau et lacérant ta chaire. Exprimant avec force et haine tout son désespoir et sa colère. Qu'est-ce que ça change de toute façon ? Pour les autres, tu n'étais bon qu'à ça. Être battu, dénigré, rabaissé, méprisé. Mais cette violence fut toute nouvelle. Car ce soir-là Asorek t'as battu au sang. Oui au sang.

      Les jours ne changèrent pas. Tristesse et souffrance. C'étaient les seuls sentiments que tu connaissais.

      Puis elle est entrée dans ta vie. Kaadien. Elle était si belle. Aussi blanche que la neige des sommets. C'est toi qu'elle a vu. Le petit loup à la fourrure noire zébrée de gris. Faible et tremblant. Peureux. Seul. Souffrant. Toi, pas lui. Pas le grand noir comme ébène. Fier et sûr de lui. Non. C'est Acaeudd qu'elle a vu. Pas Asorek. Juste Acaeudd. Elle était tout. Tout. Toi qui avait toujours été seul, elle était là. Toi qui avait tant souffert. Elle était là. Toi qui étais si triste. Elle demeurait là. Au fond tu restais le même. Faible. Lâche. Mais Kaadien fermait les yeux. Et elle restait là. Elle était le réconfort. Simplement. Car elle a su lire en toi. Elle a su lire cette solitude, cette souffrance et ce desespoir. Oui, elle a su. Et moi aussi en toi je lis. Je lis ce que tu n'as jamais osé lui dire, jamais osé lui montrer. Je lis en toi la naissance d'un nouveau sentiment. Celui d'être heureux. Des sensations que tu ne connaissais pas. Que tu découvres avec elle. Je lis en toi la reconnaissance. Je ne lis que Kaadien, qui demeure en toi. Il n'y avait qu'elle. Kaadien. Toujours plus présente. Toujours. Toujours.

      Mais un tel bonheur peut-il durer ? Non. Ton bonheur a toi ne peut pas durer. Tu n'as connu que souffrance. Le bonheur devrait t'être étranger. C'était irréel. Le destin a décidé de précipiter les choses. Et la mort de te prendre ce à quoi tu tenais tant. Trop vite. Beaucoup trop vite... C'est ce souvenirs qui te hante. Prenant des formes cauchemardesques, il s'insinue en toi pour t'effrayer. Te faire tomber. De vieux démons s'amusent. Et tu hurles le passé perdu. Qui te prend en traître. Ravive la souffrance, la solitude et la détresse que tu as toujours connu. C'est dur. Si dur de se rappeler...
      Il y eut un temps où tu jalousais férocement ton frère. Il était tout. Tu n'étais rien. Puis il y eut un temps où les choses furent bouleversées. Il était fou. De douleur et de chagrin, depuis que sa belle s'était donné la mort. Toi, tu étais heureux depuis l'arrivé de ta belle. Il l'avait vu. Il le savait. Tu avais beau rester ce petit louvard faible, courbant l'échine devant plus grand, tremblant de peur, et fuyant comme un lâche, hélas il y avait cet éclat dans tes yeux qui ne pouvait le tromper. Tu étais heureux. C'était inconcevable. Comment les choses avaient-elles pu changer à ce point ? Pourquoi lui était en proie au désespoir, et pourquoi toi, goutais-tu au bonheur. Tu n'avais pas le droit. Non. C'est insensé. Insensé. Impossible. Il faut changer ça. Toi Acaeudd, tu n'as pas le droit d'être heureux.

      Je me souviens. Ferme les yeux. Et écoute.
      Deux personnages, au bord de ce gouffre où la belle était tombée. Asorek. Grand et fier. Rongé par la douleur. Le chagrin. Les yeux brillants d'une intention malsaine. Derrière ses crocs, entre ses mâchoires puissantes, la nuque de Kaadien. La belle dont la fourrure si blanche offre un fort contraste avec le poil si noir du bourreau. Il serre. Doucement. Il perce la chaire. Doucement. Le sang coule. Depuis longtemps déjà. Elle est faible. Elle a mal. Mais elle se retient. Elle ne veut pas crier. Elle ne veut pas. Elle veut te sauver toi. Pas elle. "Alors mon frère. Seras-tu assez lâche pour t'enfuir ?" Toi aussi, tu es là. Mais tu ne bouges pas. Tu as peur. Si peur. Tu trembles. Tes pattes menacent de se dérober. Tu ne sais pas. Tu ne sais pas. Confusion. Une douleur qui se ravive. Te brûle. Te ronge. "Sache que si tu fuis, je la tue." Tu veux fuir. Fermer les yeux. Et ne plus y penser. Tu veux te sauver. Comme à chaque fois. Mais elle est là. Elle est là. Kaadien. Tu voudrais l'aider. Mais tu ne peux pas. Tu ne sais pas. Tu n'as pas le courage. Si tu y vas, c'est toi qui vas mourir. Alors tu ne veux pas. Non, tu ne sais pas. Que faire ? Que faire ?! C'est si dur de choisir. Si dur. Tu l'entends ricaner. Il resserre la pression de ses mâchoires sur sa proie. Petit à petit. Le sang dégouline sur la fourrure immaculée de la blanche. Elle souffre, tu le vois. Une flaque de sang s'est remplie sur le sol. Elle se vide. Mais elle se tait. Elle sait, que c'est ton combat. Elle sait, que c’est à toi de choisir. Alors elle se tait. Chaque minute qui s’écoule l’éloigne un peu plus de toi. De ce monde. Mais elle a confiance. Elle croit en toi. Elle croit.
      Tu n’y tins plus. Tu ne peux plus. Alors tu bondis. Heurte ton frère qui lâche instantanément sa proie. Asséner un coup de griffe sur son crâne qui se met à ruisseler. Il n’a pas bougé. Il t’a regardé faire. Il t’as attendu. Le frère lâche un grognement et roule sur le côté. Patient. Il attend à présent. La belle s’est écroulée par terre, à bout de force. Ton museau frôle le sien. Tu t’allonges à ses côtés. Pose ta tête contre la sienne. Souffrant pour elle. Un faible sourire se dessine sur ses babines vermeilles. « Tu es venu, Acaeudd. Tu es venu. » Oui, tu es venu. Mais tu n’entends pas ses paroles. Ou plutôt, tu ne veux pas les entendre. Ne pars pas, je t’en supplie. Reste près de moi. Restes. Ne me laisse pas. S’il te plait. J’ai tant besoin de toi. Reste. Reste. Je t’en prie. Je t’en prie. Ne me laisse pas. Non. S’il te plait…
      Mais elle succombe de ses blessures. Tu es arrivé trop tard.

      Asorek ricane. Il est fier de lui. Il a gagné. "Je t'ai privé de ta lumière, frère ! A présent, c'est la vrai lumière que je vais te prendre."
      Il se jette sur toi. Il meurtri ton corps, pour la deuxième fois. Il jubile. Mais tu n’as pas la force de riposte. La douleur était-elle que tu sentais ton corps se consumer. Se détruire. Abattu et implorant le ciel, tu portes ton regard sur l’astre d’or. Et enfin, l’assaillant porte le coup fatal. Celui qui scellerait ton destin auprès de cette chose, sans forme ni couleur. Celui qui ferait de toi un fantôme. Prisonnier de ses rêves. Condamné à vivre dans la plus totale obscurité. Tu poussas un premier cri, manifestation de la douleur. Puis un second, dans lequel tous les sentiments furent mêlés. La rage. La crainte. Le désespoir. La solitude. Un dernier rayon de soleil. Et tout s’éteint. Tu es la proie des ténèbres. Et tu t’écroules. Inconscient.

      Combien de temps es-tu resté dans cet état ? Tu ne sais pas. Tu ne te souviens que du noir. De la douleur fulgurante. Tu ne vois rien. Plus rien du tout. Tu te relèves. Titubant. Te dirige difficilement vers le corps sans vie de Kaadien. Tu l’appelles. Elle ne répond pas. La pousse du museau. Elle ne réagit pas. La réalité te rattrape. La fatalité te tombe dessus. Tu comprends. Tu te souviens. Alors tu hurles. Hurles comme jamais. Ce n’est pas un hurlement mélodieux. Non. Cela n’a plus rien de lupin. C’est un cri monstrueux. Effrayant. Oui, tellement effrayant. Tu hurles encore et encore. Crachant ton chagrin. Non. Non. Tu poses la tête sur son flanc. Tu implores le ciel de te la rendre. Mais il ne peut pas. C’est injuste. Si injuste. Alors tu hurles encore. Tu hurles. Je crois que cette nuit là, on n’entendit que ton chagrin. Il montait dans le ciel. Allait si loin. Si loin devant. Devenait écho. Mais c’est fini Acaeudd, c’est fini. Arrête. Arrête. Elle est partie maintenant. Elle est partie. Partie. Tu ne peux rien, c’est comme ça. C’est fini. Allez, Acaeudd. Arrête. C’est fini. C’est fini.
      C'est fini. Elle est partie. A jamais.

      Ténèbres. Tout n'était que ténèbres. Obscurité. Il n'y avait plus rien. Plus rien. Aucun rayon de lumière. Aucun moyen de lever ce voile oppressant. C'est une réalité à laquelle tu ne peux plus échapper, Acaeudd. Tu es aveugle. Et tu le restera jusqu'à la fin de tes jours.
      Isolement. Repli. Au plus profond. Tu te noyais dans ton chagrin. Tu n'avais jamais été aussi seul. La mort ne voulait pas de toi. Alors il fallait vivre. Mais c'était si dur. Tu étais un fantôme errant. Trainant péniblement tes chaînes dans ce monde où tout était noir. Portant un désespoir immense. En souffrant toujours. En souffrant tellement. Tu n'avais plus la force de te relever. Et personne n'était-là pour t'aider. Personne. Seulement ces rêves qui te hantent. Tu revois ta belle dans un décor de flamme. Le sang coule en abondance sur sa fourrure. Ses yeux sont vides. Elle n'est que zombie. Comme toi. Sa voix s'élève, sèche et cassante : "Jamais, je ne te pardonnerais. L'image bascule. Tu te réveilles, et tu as peur. Alors tu cris. Tu hurles. Comme ce jour là.

      "Comment pourrais-je la regarder en face, lorsque je la reverrais ?" Tu ne pourras pas. Et cette pensée te détruisait. Tu avais commis tant de fautes. Tu t'étais enfui tant de fois. Mais c'est fini. Tu ne le feras plus. Tu en as fait un objectif. Ne plus fuir. Jamais. Tant ont souffert et tant sont morts. Par ta faute. Alors tu ne fuiras plus. Plus jamais. Tu tendras la main à celui qui tombe, pour l'aider à se relever. Tu veux qu'Acaeudd le faible disparaisse à jamais. Tu ne veux plus de lui. Tu ne veux plus. Alors tu te relèves, après être tombé tant de fois. Et tu espères que quand tu la reverras, tu garderas la tête haute. Tu espères qu'elle te pardonnera. Et surtout, surtout tu espères qu'elle sera fière de toi.

      Mais moi je sais, Acaeudd. Je le sais. Elle sera fière de toi. Moi en tout cas, je suis fière de toi.


      ▄ Ambitions :
      C'est fou. Insensé. Impossible. Irréel. Un simple rêve. Tu le sais. Et pourtant, tu t'accroches à cet espoir. Ce que tu voudrais ? De la lumière. Percevoir un rayon doré dans ces ténèbres si denses. Qu'importe ce que c'est, pourvu que cela éclaire ton monde, et réchauffe ton vieux cœur.
      Kaadien. C'est elle ta lumière.




BONJOUUUUR !



      ▄ PUF : M.0FF
      ▄ Comment as-tu trouvé le forum ? : Sur un Top-Site, y me semble. D'où l'importance de voter, alors go go go tout le monde èé
      ▄ Et qu'en penses-tu ? :
      ▄ Code du règlement : Tora est passée par là .. ♪
      ▄ Autre : J'vous aime !






Dernière édition par Acaeudd le Ven 27 Jan - 6:27, édité 69 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Opium Deal

    Fσи∂αтяιcє


Puf : Tora & Padou :D
Naissance : 28/04/1993
Messages : 1225

Libre au RP : Oui mais à petite dose.
Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :
MessageSujet: Re: Acaeudd ₪ l'aveugle   Lun 16 Jan - 2:36

    Va falloir que tu finisses ta fiche. ♥
    M'enfin, je t'empêche pas de répondre à notre RP quand même. (a)

_________________

« Opium Deal »
Coupable, témoin et victime tout à la fois.


« Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar

    Acaeudd

      Ẳ ℓ'αιѕє
      On s'connait, non ?


    Puf : M.0FF
    Naissance : 17/06/1994
    Messages : 188

    Libre au RP : yeeees
    Playlist : So far away - Avenged Sevenfold


    » Infos
    V a l i d . R e l a t i o n s :
    MessageSujet: Re: Acaeudd ₪ l'aveugle   Lun 16 Jan - 3:57

      Yes, je m'en occupe !
      De même que pour le RP ♥ Désolée pour le retard en tout cas.
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar

    Opium Deal

      Fσи∂αтяιcє


    Puf : Tora & Padou :D
    Naissance : 28/04/1993
    Messages : 1225

    Libre au RP : Oui mais à petite dose.
    Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


    » Infos
    V a l i d . R e l a t i o n s :
    MessageSujet: Re: Acaeudd ₪ l'aveugle   Lun 16 Jan - 4:04

      Comme si c'était à toi de t'excuser pour du retard .. Pluie
      Cébé si tu es encore là !

    _________________

    « Opium Deal »
    Coupable, témoin et victime tout à la fois.


    « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
      Revenir en haut Aller en bas

      avatar

      Acaeudd

        Ẳ ℓ'αιѕє
        On s'connait, non ?


      Puf : M.0FF
      Naissance : 17/06/1994
      Messages : 188

      Libre au RP : yeeees
      Playlist : So far away - Avenged Sevenfold


      » Infos
      V a l i d . R e l a t i o n s :
      MessageSujet: Re: Acaeudd ₪ l'aveugle   Ven 27 Jan - 6:28

        Terminé ! :D
      Revenir en haut Aller en bas

      avatar

      Opium Deal

        Fσи∂αтяιcє


      Puf : Tora & Padou :D
      Naissance : 28/04/1993
      Messages : 1225

      Libre au RP : Oui mais à petite dose.
      Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


      » Infos
      V a l i d . R e l a t i o n s :
      MessageSujet: Re: Acaeudd ₪ l'aveugle   Ven 27 Jan - 14:10

        Lecture terminée ! ♥

        Raaah, cette histoire .. Non, non
        Superbement écrite et tellement émouvante ..

        Je déplace dans les validés et Mon Chevalier, je vous aime. ♥

      _________________

      « Opium Deal »
      Coupable, témoin et victime tout à la fois.


      « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
        Revenir en haut Aller en bas


        Contenu sponsorisé




        MessageSujet: Re: Acaeudd ₪ l'aveugle   

        Revenir en haut Aller en bas
         

        Acaeudd ₪ l'aveugle

        Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

         Sujets similaires

        -
        » chiot aveugle besoin d'aide
        » Piwie devient aveugle -_-
        » FELIX border collie aveugle Spa Rodez (12)
        » Chienne 7 mois partiellement sourde et aveugle (adopté)
        » Gaétan joli chat noir aveugle.
        Page 1 sur 1

        Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
        Memories :: ­
        Hors - Jeu
         :: ▬ Corbeille :: ▬ HJ, ancienne version.
        -