AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Opium Deal ; l'irréductible.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Opium Deal

    Fσи∂αтяιcє


Puf : Tora & Padou :D
Naissance : 28/04/1993
Messages : 1225

Libre au RP : Oui mais à petite dose.
Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :
MessageSujet: Opium Deal ; l'irréductible.   Mar 21 Juin - 12:03








« Never fall asleep
You won’t wake up
Destroy the guillotine
Before he does. »

Escape The Fate - My apocalypse.

Je te prie de décliner ton identité.



      ▄ Nom : Voilà plusieurs années que je porte ce même nom, donné par mes nobles parents à ma naissance. Un prénom unique pour un poulain unique ; pas comme tous ceux qui nomment leurs descendances selon l'instant de leur naissance ou je ne sais quelle autre bêtise. Mais si aujourd'hui je devais changer de prénom, celui qui me conviendrait le mieux serait Decadence. Mais sachez que je reste votre chef et pour cela, vous m'appellerez .. Opium Deal.

      ▄ Âge : Est-ce que quelqu'un se souvient encore de cette journée où le soleil m'a vu naitre sous ses feux ardents ? Je crois que cela fait de nombreuses saisons maintenant et je ne compte plus depuis longtemps toutes les lunes que j'ai passé à parcourir ces inexorables terres. Je ne sais plus si je dois chérir les heures passées que la vie m'offre encore, si cela est ma punition ou le premier jugement, mais du haut de mes presque 7 ans, je ne prévois pas encore de m'éteindre. Vous n'avez pas fini d'entendre parler de mes folies.

      ▄ Sexe : La nature m'a offert ce sexe fort, le sexe dominant. Quoi de plus naturel quand on nait fils de Roi ? Le grand Riskan ne pouvait avoir qu'un fils pour remplacer son ainé incompétent. Voyez les courbes anguleuses de mon corps, ces muscles bien taillés et ma tête galbée ; il suffit de m'apercevoir pour le deviner. Et ne croyez pas que je sois un macho fini, c'est simplement que je suis fier d'être né étalon.

      ▄ Rang : Alors que chacun pensait que personne ne pourrait jamais remplacer le meneur adulé que fut mon père, moi je suis monté sur le trône et suis devenu le Roi que chacun attendait. J'ai honoré la mémoire de mes ancêtres, défait la louve blanche qui était mon ennemie de toujours. Et même si le monde s'acharne à vouloir me faire tomber, je continuerais de dominer comme jadis, je suis Roi et personne ne pourra me voler cela, à moins de me tuer et même de creuser ma tombe pour m'envoyer aux Enfers où je retrouverais Winter. Je suis dominant et le resterais à jamais.


Mais quelle est donc cette apparence ?



      ▄ Apparence :
      Le temps a déjà éprouvé le corps du mâle, mais ce dernier vient seulement de terminer de grandir et même durant ses derniers mois, il a encore pris de l'ampleur. Plus grand que jamais, ses membres ont forci suite à ses longues marches au travers des dunes embrasées. Toujours doté de ses larges sabots dont un coup ne vous laissera pas sans marque et de cette puissance dans ces membres qui porte un corps taillé dans la pierre, aux angles anguleux, l'étalon en impose face à n'importe quel adversaire. Vous auriez tord de le défier sans l'avoir jaugé car ses jambes solides auraient tôt fait de vous donner un coup de pied que vous ne seriez pas prêt d'oublier ; il remet bien assez en place les poulains récalcitrants pour savoir à qui il a à faire. Tout autant que son poitrail est large, son encolure, bien que courte, est musclée et porte sans mal sa tête bien dessinée aux naseaux frémissants. Et sous sa peau, vous pouvez voir rouler ses muscles travaillées et entretenus au jour le jour depuis plusieurs années, qui lui donnent force et élasticité pour effectuer des bonds imposants ; de quoi éloigner les assaillants de son dos. Mais le Dominant n'est pas qu'une brute épaisse, car ses longs crins ondulés et fournis, bien que souvent emmêlés ou désordonnés par ses courses effrénées, lui rajoutent une touche bien plus onctueuse. De plus, bien que sa robe de jais puisse paraître aussi sombre que les ténèbres et d'ailleurs s'y fondre parfaitement, aux rayons lumineux du soleil, elle prend des reflets d'un brun chatoyant, presque chocolatés. En revanche, n'essayez pas de trouver un brin de clarté au fond de ses yeux, sauf à de très rares occasions, ils restent sinon d'un noir d'encre impénétrable. Même si l'étalon est d'une carrure imposante, voir lourde, il n'en reste étonnamment pas moins agile et fluide dans ses mouvements.

      ▄ Particularités :
      Malgré la maigreur qui l'a frappé comme tous les autres lors de la famine, période qui a aussi fait fondre ses muscles, Opium n'en est pas moins resté imposant et depuis toujours, d'autant plus depuis qu'il est Dominant, c'est un équidé qui force le respect par sa simple présence. Entouré d'une sorte d'aura impénétrable, il sait se faire écouter et entendre des siens, et si ce n'est pas le cas, il n'hésitera pas à taper du pied jusqu'à en faire trembler le sol. Mais la marque la plus significative que l'on peut trouver chez lui est apposée sur son poitrail : une croix irrégulière formée par deux cicatrices, l'une plus marquée que l'autre. La première, il l'a gagné lors d'un combat à l'âge de 3 ans, avant de tuer un loup brun nommé Méridional, Chef des Espions, et en était d'ailleurs très fier. La deuxième qu'il caresse d'ailleurs souvent des naseaux lui a été faites par la bien nommée et noble Winter qui, en cadeau d'adieu, avait enfoncé ses crocs venimeux dans sa chair, juste avant d'être abattu par le grand de jais.



Explique-moi qui tu es, mon petit.



      ▄ Caractère en 5 mots :
      Protecteur ; Lunatique ; Juste ; Nostalgique ; Courageux.



      « If you had class you'd throw down with me,
      Drown in your fake personality,
      Shattered glass and frames,
      Snapshots of reality,
      Burnt pictures and memories,
      Your heart's cold and grey. »

      Escape The Fate - As you're falling down.

      ▄ Personnalité :

      T'as-t-on dit qu'être Roi n'est pas seulement un rang, mais aussi un état d'esprit ?

      Le temps a sculpté le caractère de cet étalon qui malgré de nombreux défauts n'en reste pas moins un dominant encore respecté par beaucoup des siens et admiré par les nouvelles générations. Des plus jeunes au plus vieux, chacun lui porte le respect, bien que parfois feint, personne n'est infaillible après tout. Et comme la majorité des équidés qui le respecte, lui respecte les siens, qu'ils fassent partis du troupeau principal ou non, qu'ils aient la force de se battre ou non, qu'ils soient beaux ou laids. Opium ne juge que les écarts de conduite qui porte atteinte à l'ordre, à l'organisation de ses troupes ou de traitrise – ce qui est évidemment très rare. Il remet en place les poulains et tient les limites de son territoire, de l'intérieur ou de l'extérieur pour protéger chaque membre de son harem. Farouche protecteur, il vaut mieux ne pas tenter d'attaquer l'un de siens sous ses yeux, à moins de vouloir recevoir la peine capitale de la part de ses sabots, ses dents ou tout autre partie de son corps pouvant servir d'armes. Jamais l'étalon n'hésitera à attaquer, que l'assaillant soit de taille ou non. Et il pourrait se trouver à des centaines de foulées, si un appel de détresse retentissait, il galoperait plus vite que le vent pour se jeter dans la mêlée sans même une once d'hésitation. Aussi parce que ce cheval ne doute pas de ses capacités, que ce soit de sa force brute ou de son expérience. Il sait qu'il a l'avantage d'être musculeux et qu'il n'est pas non plus une bête sans cervelle, qu'il peut aussi bien se servir de sa tête que de ses muscles. Deal est plutôt rusé et perspicace, il voit les choses et peut en tirer profit à son avantage, en plus d'avoir de bons réflexes malgré son poids. Surtout que si vous engagez un combat face à lui, en plus d'être confiant au point de vous en déstabiliser, c'est un étalon obstiné, voir buté, qui ne renoncera jamais. Il ira toujours au bout des choses ; jusqu'à votre fuite ou votre mort donc. Mais il est l'est dans plusieurs aspects dans sa vie : quand il veut se faire entendre, quand il souhaite découvrir quelque chose, quand il a choisit un trajet, quand il négocie .. et je passe de nombreux exemples. Sans parler du fait – qui semble énerver plusieurs de ses congénères – qu'il se montre parfois perfectionniste ; il aimerait que tout soit parfait, bien que cela soit impossible. C'est pour cela que lorsqu'il doit prendre une décision, il sait se montrer juste. Juste mais partial, en revanche. Il ne faut pas être étonné de le voir prendre parti pour quelqu'un qui lui soit plus proche qu'un autre ou pour un équidé ayant des opinions similaires aux siens contrairement à celui d'en face. Mais malgré cela, Opium reste un Dominant juste qui saura reconnaître les tords des deux opposants équins – bien qu'il ne sache pas faire de même quand il s'agit de lui. J'évoquais les personnes qui lui sont proches, on se rend compte qu'elles ne sont pas tant que ça, malgré le nombre forcément élevé de chevaux qui l'entourent chaque jour. C'est justement cela le problème ; le mâle s'est toujours tenu à distance des contacts trop familiers ou amicaux, car il reste persuadé que cela n'amène que tristesse et rancœur. Car plus il aura de monde autour de lui, plus il en perdra et donc plus il souffrira. Néanmoins, c'est un étalon on ne peut plus fidèle qui jamais ne portera trahison à quelqu'un qui lui soit proche – surtout si peu soient-ils – ou même à l'un de ses congénères – tant soient-ils ! En tout état de cause, quoi qu'il arrive, Opium restera fier de son troupeau, de ce qu'ils ont réussi ensemble et de ce qu'ils peuvent encore faire. On disait de ce mâle qu'il était aussi toujours très fier de lui-même, mais tout cela a bien changé depuis la Catastrophe où il a tant perdu. Au contraire de ses premières années, il doute beaucoup de lui-même et surtout de ses choix passés ou futurs ..


      T'as-t-on soufflé les rumeurs qui courraient ? La famille n'est finalement pas de trop.

      Il y a quelque chose de fort qui est né, de plus fort encore que la génération précédente. Une chose qui le tient debout, qui depuis presque 1 an l'aide à porter le lourd fardeau qui pèse sur ses épaules. Quand la Catastrophe a tout emporté avec elle, le bel étalon a cru mourir de désespoir en ne voyant pas sa compagne émerger du Passage. Il l'a cherché inlassablement, jusqu'à avoir les muscles endoloris. Et il a bafoué leurs promesses dans ces jours noirs où la folie lui soufflait qu'elle était morte, que plus jamais elle ne reviendrait et que son esprit lui pardonnerait. Puis quand l'espoir renaissait, il regrettait son geste, pourtant .. Ses deux enfants reconnus lui apportent bonheur, fierté et soutient, sans même parfois sans rendre compte. Quand son moral est au plus bas et qu'il a peur de ne plus avoir la force de continuer, il suffit qu'il pose le regard sur sa fille et qu'il observe son énergie débordante, sa soif de prouver qui elle est, pour relever la tête et se convaincre qu'il ne peut pas abandonner. Quand d'innombrables questions se bousculent dans son esprit et qu'il ne sait plus où donner de la tête, il ne lui reste plus qu'à se rappeler l'air rêveur de son fils pour tenter de regarder les étoiles et de s'évader aux côtés de ses ancêtres, pour y trouver les réponses qu'ils cherchent avec conviction. Quand il les voit tous les deux, gambadant côté à côté avec un air ravi, il sait qu'il est le plus fier des pères et que, si de là-haut sa belle le regarde, alors elle est aussi fière que lui. Avec eux, il comprend maintenant mieux le sentiment qu'éprouvait sa propre mère à l'égard de sa sœur et lui. Depuis leur naissance, beaucoup de nouveaux chemins se sont ouverts devant lui et il apprend à être quelqu'un d'autres, seulement pour eux, pour qu'ils soient aussi fiers de lui qu'il l'est d'eux. Et cette relation ne l'a en rien écarté de sa jeune sœur, qu'il n'aime pas moins et qui prend au contraire une place très importante dans ce cocon. Car à eux trois, ils rendent son chagrin un peu plus supportable par leur présence à ses côtés. Ils seraient les seuls à pouvoir se faufiler dans les plus sombres tempêtes de son âme pour le ramener à la raison.


      T'a-t-on déjà prévenu de ce qu'est vraiment la folie ?

      Car il y en a en cet étalon quelque chose qui ne va plus, quelque chose qui ne tourne pas dans le bon sens, qui lui martèle violemment le crâne. Qui a osé dire qu'il n'a jamais été saint d'esprit ? Mais ce temps-là est révolu, maintenant la folie s'est éprise de lui. Elle l'a discrètement entouré de ses perfides griffes, profitant de sa faiblesse pour s'insinuer jusqu'à son cœur pour le laisser se nourrir de son inconscience, de cette vile énergie, de sa raison déraisonné. Voyez ce qu'elle a fait de lui.
      Parfois le grand étalon vous sautera à la gorge pour vous étouffer de son aura opaque, pour trouver les mots qui vous entailleront jusqu'à l'os, avec l'espoir de vous faire atrocement souffrir. Autant que lui souffre. C'est dans cet instant-là, celui où la folie agrippe son cœur et le lui arrache de la poitrine dans un craquement sourd – ce son qui annonce sa chute, la crise à venir. Prenez garde, seul lui peut l'entendre. Et il n'y résistera pas. La folie l'appelle, l'amadoue en lui promettant que bientôt, il en aura fini. Que bientôt son passé s'achèvera et laissera place à du renouveau, sans tout ce chaos qui lui fait manquer à ses devoirs. Mais si la folie ne s'empare pas de son esprit, alors elle le travaille au corps. Fourmillements, bourdonnements, frémissements. Et l'étalon partira dans un brusque soubresaut, battant des membres jusqu'à n'en plus pouvoir, galopant jusqu'à ce que le souffle manquant le fasse s'écrouler à terre. Vous le verrez se débattre, frapper, comme si des barreaux le mettaient en cage. Ne vous approchez qu'à vos risques et périls. Vous ne savez pas encore ce qui vous attend. Car la folie est malsaine, elle se retire, reste dans son ombre pour qu'on ne la remarque pas toujours. Puis de sa cachette, elle tira doucement sur les ficelles. Et le mâle de jais ne fera que vous étonner par son caractère aussi lunatique que la mer un jour de grande tempête, par ses sauts d'humeurs à vous en faire perdre la tête. Vous le rencontrerez aussi noble et fier que le furent ses prédécesseurs et le lendemain vous le croiserez et prendrez peur devant tant de rage et de désespoir. Car si la folie prend le contrôle, c'est bien parce que la détresse et le tourment l'ont précédé.



      « A withered past and a blurry future,
      My hearts on an auction,
      It goes out to the highest bid. »

      Escape The Fate - Reverse this curse.


Quelle vie t'as conduite jusqu'à moi ?



      ▄ Liens :
      Requiem ; J'aimerais tellement que tu crois plus en toi, que tu cesses de rêvasser pour enfin apprendre à vivre comme tous les autres poulains de ton âge. La culpabilité n'engendre que douleur, tristesse et remords ; je ne veux pas que tu vives comme moi. N'oublies pas que je ne cesserais jamais de t'épauler, dès que tu faibliras. À nous quatre, nous sommes plus forts, fiston.

      Knowledge ; Il me serait bien impossible de te renier, même si je le souhaitais. D'apparence comme de caractère, tu me ressembles et sans doute même trop ; nous voilà incapable de nous attendre correctement, sans avoir à s'accrocher pour un oui ou un non. Mais ma fierté ne fait que croître quand je vois ma force couler dans tes veines, même si tu seras toujours une princesse à mes yeux.

      Pandora ; Si optimiste et belle jument, je ne pourrais pourtant jamais te désirer. Parce que tu es ma petite sœur, celle qui à jamais sera dans mon cœur, la seule qui réussira toujours à égayer mes journées par ta précieuse présence. Sans toi, ma vie n'aurait pas le même sens, tu es un petit rayon de soleil. Je t'ai vu grandir, embellir, te battre pour avancer et le monde peut s'écrouler, je serais à jamais là pour te protéger.

      Storm ; Il suffit que je te regarde pour voir les brides de mon passé ; tu me ressembles jeune étalon. Alors tu dois me promettre une chose : il n'y a aura jamais de mensonge entre nous. Et partant de ce principe de confiance, je serais à tes côtés le jour où tu auras besoin de moi, je t'épaulerais quand tu me le demanderas. Tu n'es pas différent des autres en apparence, Storm, mais ton regard l'est, lui.

      Endless ; Es-tu la digne successeur de la noble Winter ou seulement une pâle copie qui m'a un jour fait rêver ? Je sais que tu n'oublieras jamais cette course effrénée à mon côté. Tu sais qu'il me sera impossible de ne voir que toi quand je croiserais ton regard azuré. Tu peux te nourrir de mes faiblesses, de mes remords ; je me nourrirais de ta haine et de ton amour. Et le jour où je chuchoterais à ton oreille, tel un esprit vagabond, sera le jour de la sentence ; car tu me tueras.

      Chronos ; Ton peuple s'est envolé et pourtant tu viens encore me rendre visite, parfois je me demande si c'est pour égayer ma journée ou l'assombrir encore plus. Qu'est-ce qui peut bien te retenir ici, entre chevaux et loups ? Tu es un tout, tu es une curiosité pour moi. Et tant que tu viendras voler au dessus de moi, je continuerais d'accepter ta présence. Mais un jour, il faudra que tu me dises.

      Accaeud ; Je crois que ce qui m'inquiète, c'est le fait que tu sois différent. Différent des tiens peut-être, mais surtout différent quand tu te trouves devant moi ; trop fragile, trop pacifiste, trop facile à tuer. Trop sage aussi. Et la sagesse est une denrée qui se respecte. Alors pourquoi es-tu né loup ? Comment pourrais-je bien accepter de respecter une bête à fourrure ?

      Quater Back † ; Peut-être n'aurais-je jamais du croiser ta route .. Peut-être que tout cela aurait été plus simple, si seulement je n'étais pas tombé amoureux .. Tu m'avais promis de toujours rester à mon côté, mais aujourd'hui tu n'es plus là. Belle dame, vous aviez défiée toutes mes lois, prit en otage mon cœur après vous êtes éprise de moi. Vous aviez gagné. Alors pourquoi être partie ? Dis-moi pourquoi le destin m'a enlevé ce à quoi je croyais enfin ?

      Winter † ; Un jour, je contais que je te tuerais, que jamais tu ne mènerais ton peuple à la victoire, que je te ferais regretter d'être venue au monde .. Maintenant, j'ai quasiment rempli le contrat, n'est-ce pas ? Alors pourquoi est-ce moi qui regrette mon geste ? Pourquoi chaque jour qui passe, je ressens en moi les griffes du remord qui m'étreignent le cœur ? Je n'ai plus la force de combattre, sans toi.

      Songe † ; Pour le regard de cet étalon que tu aimais, je t'ai fais disparaitre à mes yeux. Pourtant tu as été là quand notre famille en a eu besoin, alors même que le chagrin d'un amour perdu t'accablait. Maman, tu étais bien la plus douce et la plus sage de toutes les compagnies et aujourd'hui je regrette de n'avoir pas eu plus de temps à tes côtés.

      Riskan † ; Vois-tu père, je crois que je t'ai haïs autant que je t'ai aimé. Tu ne me voyais pas, moi qui posait pourtant mes sabots dans tes traces. Mais tout cela n'était en fin de compte que des jeux d'enfants, ce ne fut qu'à ta mort que tout commença. Et même si maintenant tes yeux ne voient plus, je sais que ton esprit me suit encore. Tu fus fier de là-haut. Puis je t'ai déçu. Je te décevrais sans doute encore, mais je continuerais de porter notre titre de Roi, avec la même dignité que toi.

      Gold † ; J'aurais pu te détester de ne pas avoir été là pour porter secours à notre Roi, livré aux bêtes galeuses. Mais tu as fièrement mené nos rangs lors de mon apprentissage, j'ai vu ô combien mon père avait fait le bon choix ; pour toi comme pour lui, le troupeau était ce qu'il avait de plus important. Tu t'es si bien battu, je n'oublierais pas que tu as mis fin au jour de Seven. Soit en paix, j'ai pris ta place.

      Seven † ; Alors que je n'étais qu'un poulain, déjà j'avais compris que tu n'étais pas digne de guider quelconque troupe, que tu ne méritais aucune pitié, pourri de l'intérieur. Tous aussi détestables les uns que les autres, tu étais le pire, même l'Enfer ne trouverait pas le repos avec toi. Alors où as-tu été envoyé en exil, lorsque que ces tranchants sabots t'ont achevé ? J'espère que tu souffres, je ferais tout pour bafouer ta mémoire.

      Blade † ; Tu étais orphelin de mère et a alors eu la chance de grandir auprès du grand Riskan dont le sang coulait dans tes veines. Mon demi-frère donc, pourtant je ne te respectais pas. Tu faisais le fier, te pavaner, mais quand le grand alezan s'en fut allé, tu ne trouvas qu'à fuir, comme un lâche. Aujourd'hui tu n'es plus qu'un souvenir, ta vie emportée par la Catastrophe. Pardonne-moi de ne pas en souffrir.

      ▄ Ambitions : La chose la plus importante qui soit aujourd'hui, c'est d'avancer encore. De veiller sur ses enfants, ne pas reproduire les mêmes erreurs et les guider jusque aussi loin qu'il lui soit possible. Il ne doit pas abandonner, il doit survivre.



Mais qui est-ce qui se cache derrière toi ?



      ▄ PUF : Tora. Padou. Alia. The boss. 8D
      ▄ Comment as-tu trouvé le forum ? : Question stupide mes amis. ♪
      ▄ Et qu'en penses-tu ? : Et celle-là est encore mieux !
      ▄ Code du règlement : Évidemment. u_u
      ▄ Autre : Je les aime si fort. ♥





_________________

« Opium Deal »
Coupable, témoin et victime tout à la fois.


« Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »


    Dernière édition par Opium Deal le Lun 12 Sep - 23:16, édité 8 fois
    Revenir en haut Aller en bas

    avatar

    Opium Deal

      Fσи∂αтяιcє


    Puf : Tora & Padou :D
    Naissance : 28/04/1993
    Messages : 1225

    Libre au RP : Oui mais à petite dose.
    Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


    » Infos
    V a l i d . R e l a t i o n s :
    MessageSujet: Re: Opium Deal ; l'irréductible.   Lun 12 Sep - 21:28







    « Break me in, teach us to cheat
    And to lie and cover up
    What shouldn't be shared
    And the truth's unwinding
    Scraping away at my mind
    Please stop asking me to describe. »

    Muse - Citizen Erased.


    Quelle vie t'as conduite jusqu'à moi ?

      ▄ Histoire :

      « Le cœur de cette Terre bat en toi. Sers-toi de sa force à bon entendeur, car il te faudra apprendre et te taire. Attendre jusqu'au moment venu. »

      Un doux matin de printemps naquit au milieu des roseaux un jeune Prince. Déjà prêt à découvrir le monde, le poulain chocolat se dresse sur ses fines jambes tandis que ses ancêtres tournent leur regard vers lui pour déjà lui accorder force et beauté, sous les yeux émerveillés de sa douce génitrice. Et jours après jours, il gambade avec insouciance aux côtés de Songe, amoureuse inconditionnelle de son Dominant, amour partagé qui lui a offert son bel enfant. Au milieu de la guerre qui fait rage entre les deux peuples, les yeux innocents d'un poulain ne voient que la noblesse de ces grands étalons auxquels il espère un beau jour ressembler. Et si un jour il veut égaler l'un d'eux, voir même le surpasser, c'est bien Lui ; Riskan. « Regarde-moi Père, ta Grandeur coule dans mes veines. » Mais le pauvre yearling qu'il devient est abattu de voir son idole se désintéressait de lui au profit d'un autre. Il déteste cet étalon gris à ses côtés, fils de Lui et fils d'une autre. Et jeune idiot qu'il est, il ne voit pas le chagrin de sa mère, il n'aperçoit pas même sa sœur née cette nuit. Pour cause, il haït tous ceux qui l'entourent, son regard noir envoient des éclairs, ses muscles se bandent sous sa fine peau. Et le tambourinement de sa course effrénée résonne alors que sa décision est maintenant prise : demain il commence l'entraînement.

      Il veut apprendre à combattre, veut savoir esquiver, il veut qu'on lui montre comment se défendre. Mais il n'est qu'un jeune parmi les autres à ces yeux qui le transpercent et le sondent. Ce grand guerrier n'a que faire de s'occuper d'un apprenti ; il va tourner les sabots et s'en aller. Mais le yearling fou de rage lui fracasse alors les flancs de ces puissants postérieurs et Nightmare, l'étalon d'ébène, se retourne alors et lui sourit ; il l'entraînera mais le jeune mâle paiera son affront. Le sommeil lui manque maintenant et les heures d'entraînement s'enchaînent, les combats le blessent un peu plus profondément chaque fois, autant son orgueil qu'à sang. « Attends-moi Père, je te rejoindrais bientôt. » L'animal devenu bai brun évacue peu à peu sa haine à force de coups répétés et de galopades oubliées. Doucement il retrouve sa mère et découvre sa petite sœur dont la compagnie apaise son cœur meurtri. Chaque jour il observe Riskan et continue d'aduler le majestueux étalon dont il fait tout pour capter le regard. Chaque fois son sang bouillonne à la vision du gris Blade qui l'accompagne et que lui défiera un jour. Le temps défile et même si les paroles ne sont pas de mises au côté de son mentor, l'apprentissage n'en est pas moins efficace. Mais à trop vouloir apprendre, le jeune étalon ferme son cœur et en oublie de vivre avec son clan. Puis quand la nuit tomba, ils se firent traîtres ; et les siens durent accourir à son secours.


      « Dans le ciel de cette nuit brillera une nouvelle étoile. Il te faudra beaucoup de courage pour surmonter cela, mais prendre ta place t'aidera. »

      Le Roi posa un instant le regard sur son fils, sans que ce dernier est le temps de comprendre ce qu'il y lut, puis le grand s'en fut allé seul. Le yearling reste auprès de sa sœur, la seule à le faire encore sourire, sourire derrière lequel se cache la crainte de voir disparaître celui qu'il a toujours idolâtré. Et voilà que son hennissement déchire le ciel, qu'il appelle à l'aide. Et les heures s'enchaînèrent aussi lentes que des journées entières, avant que le jeune animal ne se décide à rejoindre les guerriers qui sont partis avec le bras droit il y a maintenant trop longtemps. Un champ de bataille. Mais il n'y a plus aucun loup ici, seulement ce qu'il reste du corps de Riskan. « Non, tu n'avais pas le droit Père, je t'avais dit de m'attendre. » Il se lève haut sur ses postérieurs et hennit le crime qui vient d'être commis, hurlant la triste fin de votre meneur à tous, de son idole à lui. Son cœur se déchire et il fuit ce monde de sang, tête basse. Plus rien ne compte en ce monde ; il se réfugie alors loin de cet enfer. Lui est mort, la Terre devrait s'arrêter de tourner. Un jour son fils leur fera à tous regretter d'avoir osé tué un Roi de cette envergure. Il ne pardonnera jamais et fera vivre sa mémoire. Les heures ont été longues et la douleur l'a affaiblie, doucement le sommeil l'emporte .. Les naseaux de Pandora caresse son encolure quand il émerge enfin de ses cauchemars morbides.

      Riskan est mort, tous doivent s'en remettre, surtout le jeune Prince. Sa soeur reste auprès de lui et lui transmet cette bonne humeur qu'elle semble incarner. Pandora est la seule qu'il accepte à ses côtés sans broncher. Il en veut à son Père de l'avoir laissé sans même avoir pu l'émerveiller. Il déteste ce lâche de Blade qui a tout fuit à la mort du leur Roi. Les loups n'ont pas encore donné signe de vie depuis l'attaque ... Pourtant l'odeur d'un de ces montres parvient à ses naseaux frémissants. Avant qu'il n'est le temps de le repérer, la bête se jette sur la jeune jument à plusieurs pas de lui. La haine détonne en son fort intérieur et embrume sa raison. « Tu es mort Père, mais elle, je peux la sauver. » Cet espèce de chien galeux, trop occupé à effrayer la frêle femelle, ne prend pas garde. Un large poitrail le percute de plein fouet et les deux bêtes s'écroulent toutes deux. Tandis que l'étalon presque noir se relève, le loup pousse un grognement méprisant. Lui hennit pour prévenir les siens avant de s'élancer vers son ennemi, le diable au corps. Peut-être le loup aurait il fait le poids, s'il n'avait pas fait l'erreur de s'attaquer à Pandora. Mais avant même que des congénères n'arrivent, le noble frère a tué son assaillant ; Méridonal a donné son dernier souffle. Maintenant le jeune étalon est enfin considéré comme un vrai guerrier.


      « Le combat te permettra de survivre. Survivre te permettra de vivre. Et vivre te permettra de régner. N'oublies jamais pourquoi tu es né. »

      Après la mort de Riskan, la guerre a fait rage puis une trêve a été conclue. Le bel étalon est maintenant un guerrier ; quand il ne suit pas ses congénères dans leurs missions, il passe du temps en compagnie de l'agréable Pandora ou de sa sage mère. Le bel animal se complet aussi à jouer le charmeur auprès des juments qui vivent sur leurs terres. Le souvenir de Riskan est moins douloureux, plus empli d'un profond respect. Sa vie semble reprendre un cour normal. Ou presque, jusqu'à ce jour. Le Dominant Gold est là avec deux de ses guerriers et une sentinelle, le jeune Prince en faisant parti. Ils recherchent un poulain dont la mère a crié la disparition, chez les loups. C'est dangereux, de se balader chez eux, tous le savent. Et bientôt les loups approchent et les encerclent. L'atmosphère se remplit d'électricité. « Je sais que tu es fier de ce que je suis Père, guide-moi aujourd'hui. » Exactement neufs loups sont présents dont le très méprisé Slayer, encore en vie à ce jour. Le combat ne tarde pas à éclater sous le mouvement de masse des montres. Oui Seven n'attendait qu'un seul prétexte pour que la race ennemie soit décimée. Mais le jeune étalon se débat aux côtés des siens qui hennissent de douleur sous les crocs et les griffes acérés qui les blessent. Il ne sait pas s'ils vont s'en sortir cette fois, mais le souvenir du grand alezan lui donne la foi ; son sang coule en lui. Un instant il lâche ses ennemis des yeux pour regarder avec respect l'étalon palomino vainqueur de Slayer. Peu à peu la plaine s'est gorgée des loups et des chevaux venus en renfort. Et la guerre fait rage. Nightmare, Gold, Blester, Yuma ; tous sont présents et combattent les loups avec parfois ardeur, parfois folie. Mais les troupes se déciment toutes autant et bientôt chacun renonce et recule sur son territoire. Quand l'accalmie se fait, le plus grand des vôtres ne revient pas. Le petit Prince regarde autour de lui .. Son ancien mentor est mort. Mais surtout, leur meneur est mort. Au fond il faut être fier, car il a tué Seven ; ils se sont entretués. Il est temps de recommencer.

      Longtemps il reste là à réfléchir, du haut de cette colline où la lune semble braquer sur lui ses rayons comme des projecteurs. Hier beaucoup des siens sont morts, Gold s'en est allé. Lui s'est assagie durant tous ces mois suivants la mort du précieux Roi et sait maintenant se montrer réfléchi. C'est le bras droit du palomino défunt qui doit prendre la tête. Sûr de lui, le mâle dévale au petit trot la colline et rejoint l'endroit où cette nuit Malback doit paître, en tant que nouveau meneur. Quelques chevaux lèvent la tête en entendant le bruissement de ses pas sur les feuilles tombées et le suivent du regard jusqu'à l'instant où il se présente, droit, devant l'étalon souris. « C'est à moi de prendre la suite de mon Père, puis de Gold. » Les deux étalons se défient du regard. Le nouveau meneur n'est pas prêt à laisser sa place aussi facilement mais le jeune mâle ne renoncera pas. Comme si la guerre ne suffisait pas, un combat éclate entre les deux grands. Mais Malback n'a pas ce qu'il faut pour être chef et son adversaire est beaucoup plus sûr de lui. C'est en combattant comme son père auparavant qu'Opium Deal prend la place dominant ; petit Prince devient le Roi.




      « I want to reconcile the violence in your heart
      I want to recognize your beauty's not just a mask
      I want to exorcise the demons from your past
      I want to satisfy the undisclosed desires in your heart. »

      Muse - Indisclosed Desires.

      « Tu as dévié du chemin que tu t'étais imposé. Mais il t'a fallu apprendre qu'aimer doit être payé. Que te reste-t-il maintenant que tu as tout détruit ? »

      Le temps passait avec régularité depuis qu'il était monté à la tête du troupeau. Chaque jour, il remplissait ses devoirs auprès de ceux qu'il se devait de protéger. Il prenait toujours quelques minutes pour recueillir les avis de ses espions puis ceux de ses élites. Souvent il allait voir les femelles et leurs poulains qui étaient l'avenir de leur clan. Puis il faisait le tour de ses terres en parcourant les frontières au petit trot, tombant parfois sur les sentinelles au regard perçant. Comme ce jour d'automne. De noirs nuages avaient envahi le ciel et la pluie battait son plein lorsque qu'il tomba sur elle. Cette jument qui lui sembla si fragile au premier abord. Elle avait peur de l'orage, tremblait de tous ses membres, mais restait néanmoins à ce poste qu'on lui avait attribué. Le grand mâle s'était alors approché d'elle pour lui partager sa chaleur et la rassurer le temps que la tempête accepte de se retirer. Aucun mot n'avait été échangé mais de longs regards et quelques frémissements. Puis l'étalon disparut avec le retour du beau temps, laissant là la demoiselle dont les yeux dorés finiraient par le hanter. Ils se recroisèrent un jour au détour d'une falaise et tombèrent chacun dans le piège l'un de l'autre sans pour autant se l'avouer. La jument ne croyait plus en ses amours éperdus. Lui ne voulait pas en entendre parler. Et pourtant Dieu que Quater Back lui manquait dès qu'il ne l'avait pas sous les yeux. Lui, le grand charmeur de ses dames, se laissait apprivoiser et les autres femelles n'avaient peu à peu plus d'odeur et de saveur. Rien n'avait d'égal que le regard dorée de la belle qui hantait ses rêves et son parfum sucré qui enivrait ses sens. Amoureux, c'est ce qu'il était, il lui fallait bien se l'avouer. Et un jour, au pied de la cascade, il eut le droit de toucher du doigt ce bonheur qu'on ressentait en aimant. Avant qu'elle ne disparaisse plusieurs jours en ayant pris peur face aux sentiments de son dominant. Depuis le départ, ils jouaient au chat et à la souris. Et ça ne s'arrêta pas là. Puisqu'un jour eurent enfin lieu leurs retrouvailles, au cœur de la brume qui les entourait et semblait garder secrètement leur déclaration mutuelle. Ils s'aimaient à corps perdu et personne n'avait le pouvoir de briser cela. Sauf une chose. La nature même, qui le jour où elle déclencha sa colère contre le monde où tous vivaient, emporta avec elle le tendre amour d'Opium. Détruit par la perte irremplaçable de sa belle, par la Catastrophe qui avait décimé leurs terres et brisé les siens, par son incompétence, son impuissance, l'étalon de jais sombra peu à peu dans la folie ..

      Et elle non plus n'était pas là pour lui donner la force de combattre. Culpabilité, encore. Il avait été le maître du jeu et avait abattu la belle louve blanche qui fut sa plus longue ennemie. L'alpha s'était presque jetée sous ses sabots ce jour-là. Et le grand dominant avait écrasé ses os sans aucune compassion pour les sentiments qui écrasaient le cœur de la louve et l'avait poussé à le provoquer, à ce presque suicide. Il l'avait tué et depuis ce jour-là, ne cessait de regretter son geste. La présence de cette dame blanche le poussait à se surpasser. Et depuis son assassinat, le monde semblait vouloir se venger de lui petit à petit. Il n'avait pas su sauver ce à quoi il tenait tant. Dieu, qu'il avait pourtant tenté de redonner force aux siens, parfois, quand la sienne voulait bien faire pulser le sang dans ses veines. Qu'il avait pourtant essayé de retrouver la douce jument qui manquait tant à son cœur, qui ne pouvait pas l'avoir quitté sans un mot. Mais cela restait inutile. Finalement le mâle plongeait vers les ténèbres les plus sombres.


      « Les fantômes du passé te hanteront toujours, alors il te faudra les apprivoiser. Veille sur les vivants et fait d'eux ta force, ton espoir. »

      Tout n'était pas encore perdu. Une ombre tremblante observait Opium Deal alors qu'il déchainait sa colère au milieu des dunes rouges. Et quand celui-ci la remarqua et que leur regard se croisèrent, l'étalon fut frappé par ces deux océans d'azur, parfaites copies de ceux qu'il avait déjà connu. Ensemble, ils firent s'envoler le sable au rythme de leur course effrénée. Ensemble, ils découvrirent la vérité sur chacun d'eux. Elle était la sœur. Il était le meurtrier. Et ils étaient voués à se haïr après cette escapade interdite. Son nom devint bientôt d'autant plus important, quand on apprit que Endless remplacerait Djamay au poste de dirigeant des lupins. Le temps fuyait et n'attendait personne. Bien vite le dominant se retrouva père de deux enfants qu'il décida de chérir tout comme sa mère l'avait fait avec lui et sa sœur. Il les protégerait tous les trois mieux qu'il ne l'avait jamais fait pour personne. Ses enfants, Requeim et Knowledge, étaient un bel avenir, le meilleur chemin qu'il ait eu devant lui jusqu'ici. Et sa petite sœur à ses côtés lui apporterait tout le soutien dont il aurait besoin dans cette tâche. Il se devait de remonter la pente et de montrer à son troupeau qu'ils étaient plus forts tous ensemble. Sa route croisa d'ailleurs celle d'un jeune yearling à la robe aussi sombre que la sienne et aux souvenirs aussi blessants que les siens qu'il décida d'attirer sous son aile, tant il avait l'impression de se voir au même âge. Storm ne terminerait pas comme lui, il se le promit. Oui, c'était sans doute beaucoup de paris après tant d'échecs. Mais il lui fallait se battre pour ce qu'il croyait vrai.





    _________________

    « Opium Deal »
    Coupable, témoin et victime tout à la fois.


    « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
      Revenir en haut Aller en bas
       

      Opium Deal ; l'irréductible.

      Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

       Sujets similaires

      -
      » Irréductibles gaulois au bain.
      » Help : irréductible nitrites !
      » Respiration forte et irrégulière
      » forme double de pavot à opium
      » Flood-to-Throw 3-Mode Deal Extreme $13.67
      Page 1 sur 1

      Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
      Memories :: ­
      Hors - Jeu
       :: ▬ Corbeille :: ▬ HJ, ancienne version.
      -