AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Vaincu. [ Winter ][x]

Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

Message
Sujet: Vaincu. [ Winter ][x]   

Du haut de ton ego,
Tu vaux si peu.

    Il fonce tête baissée. Il traverse la forêt sans s’arrêter, et déboule sur le canyon, sans même paraître s’en rendre compte. Il va vite, le loup, mais ses pattes musclées ne sont pas assez réactives à son goût. Il s’époumone pour trouver la force de continuer à cette vitesse, mais l’épuisement est proche. C’était pourtant tellement bon, de se battre contre le vent, et de l’entendre siffler son mécontentement au creux de ses oreilles... Soudain, le grand mâle s’arrête, le soleil ayant abattu sur lui sa chaleur assommante. Ses flancs se soulèvent à une allure vive mais régulière, et son regard se porte sur l’horizon, tandis que le soleil tape de toutes ses forces sur le corps sombre de Djamay.

    Derrière lui, un grand félin ne le quitte pas des yeux. Un son rauque et guttural lui échappe, mais il est quasiment inaudible. Ses muscles puissants roulent sous ses pas silencieux, ses oreilles se confondent avec le reste de son corps. Tandis qu’il avance discrètement, son intention est clairement inscrite au fond de son regard meurtrier. Il lâche un avertissement qui n’en est pas vraiment un. Le feulement est strident et rauque.

    Le loup noir se retourne brusquement, à quelques mètres seulement de la bête. Il se replie légèrement sur lui-même, baissant la tête, dévoilant des crocs luisants et dangereux, un grondement menaçant répondant à l’appel du fauve. Cependant, il n’a pas d’échappatoire, le précipice s’étend derrière lui. Le combat est inévitable, et Djamay le sait parfaitement. Voilà enfin un combat digne de ce nom, même si l’issue en est plus qu’incertaine. Dans son puissant poitrail, son cœur cogne violemment, et tous ses muscles se tétanisent d’effroi.

    Mais il n’a pas le temps de réfléchir, que le fauve jaune lui bondit dessus. Des crocs acérés lui pénètrent la peau du cou, dans une douleur lancinante. Le loup laisse échappe un jappement plaintif, alors qu’il cherche désespérément la jugulaire du félin. Il recule, la grande bête le poussant inlassablement vers le vide. Dans un effort ultime, il se dégage, geste désespéré qui forcent les dents du puma à déchirer toujours plus la peau de sa gorge. Enfin libre, il s’éloigne du vide, et dans un geste honteux, il lève le museau vers le ciel, et appelle à l’aide.
Sam 20 Fév - 8:48


Dernière édition par Djamay le Sam 27 Fév - 5:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Le soleil frappait fort mon épaisse fourrure depuis déjà plusieurs heures, alors que je longeais l'extrémité brûlante de la terre des loups. J'étais venue ici en début d'après-midi, pour m'éloigner un peu de la meute, et respirer librement. La chaleur étouffante empêchait toutefois de se mouvoir confortablement, chaque pas devenant un effort pour le corps. La tête basse, la langue pendante, je me dirigeais maintenant vers le canyon, vers cette eau pure et limpide, dans l'espoir de me rafraichir. L'horizon ondulait sous l'effet du soleil, et son reflet sur les pierres rouges brulait mes grands yeux clairs. Ce lieu n'était pas fait pour un loup. Ni pour aucune autre sorte d'animal, mis à part serpents, pumas ou scorpions. Des rencontre qu'il vaudrait mieux éviter, en fait.

    Un grognement féroce attira mon attention, alors que je me dirigeais vers le bord du canyon. Un feulement s'éleva ensuite dans les airs, et je pris une allure rapide, suffoquant sous l'éclat de l'astre du jour. Je longeais le précipice, lorsqu'un appel retenti, un hurlement de loup que je ne reconnu pas. J'accélérais encore, et le paysage alentour se brouilla. Le vent sifflait sur mes oreilles rabattues mais cette fraicheur me revigora. J'atteignis rapidement le lieu d'où provenait la plainte, et aperçus à quelques mètres à peine un puma imposant, face à Djamay, les babines retroussées sur ses crocs écarlates. Mon sang ne fit qu'un tour, et sans même réfléchir, je me jetai sur le dos du puma, enfonçant mes canines au plus profond de sa peau. L'animal se rebiffa, et m'envoya valser d'un coup de patte violent. Un grondement sourd s'échappa de ma poitrine, bestial, rageur. Repliée sur moi-même, les muscles tendus, je fixais le grand fauve, le regard survolté. L'adversaire était fort, et je n'avais pas la prétention d'essayer de le mettre en fuite seule. Remarquant ma fatigue et celle de Djamay, je repris mon souffle, ne lâchant pas l'ennemi des yeux. Ce dernier feula, et je trottinai vers lui, changeant souvent de direction, tournant, chargeant puis reculant, pour le déstabiliser. Je fondis sur lui, cherchant à atteindre la moindre parcelle de chair, pour y enfoncer mes crocs. D'un second coup de patte, il m'envoya à terre, sanglante, le souffle court. Les membres tremblants, je me relevai toutefois, et jetai un coup d'œil rapide à Djamay.

      « Si tu peux te défendre, Djamay, je pense que nous ne seront pas trop de deux pour nous en débarrasser. »


    Du sang gouttait de son cou, et je lisais la douleur dans ses yeux élargis de haine. Même si je le savais me répugner, nous étions une meute, et notre force venait de là.

    [Hmmf, nul.. ]
Sam 20 Fév - 10:02
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    C’était toi. Tu étais venue. Malgré les paroles déplacées, malgré les regards assassins. Tu étais là, alors que rien ne t’y obligeait. Seulement parce qu’il t’avait appelée. Le loup d’ébène se retrouva vite relégué au second plan, spectateur d’une scène où il se trouvait être particulièrement impuissant. Tandis que de longs filets de sang fuyaient sa blessure, tandis qu’il haletait pour récupérer son souffle, il semblait ressentir chacun des coups que tu recevais. Il frémit, lorsque l’animal t’envoya voler plus loin, ressentant la brûlure de ce coup de patte comme si elle avait été pour lui. Un grondement sourd, qu’il ne te croyait pas capable de pousser s’éleva dans l’air. Pas assez effrayant cependant pour faire fuir l’animal. Tu tentes de le désarçonner avec des changements de direction brutaux, puis tu fondis sur lui. Les muscles de Djamay se bandèrent brusquement, encaissant comme s’il avait été à ta place, le coup qui suivait. De nouveau, tu étais à terre, saignant comme lui saignait. Etrangement, ce moment de faiblesse que tu offrais à ses yeux d’argent ne le réjouit pas. Il ne fut pas heureux de te voir souffrir, et trembler de tous tes membres.

    Cependant, le loup d’ébène restait Djamay. Il marqua un long temps d’arrêt, incapable de prendre une décision. Il pouvait s’en aller, dans un acte lâche mais que personne ne lui reprocherait, puisque tu ne seras probablement plus là pour le raconter. Partir, et te laisser entre les crocs du prédateur, te livrant à une mort presque certaine. N’est-ce pas ce qu’il avait toujours désiré ? Bientôt, tu cèderais ta place, et il te la prendra. Du moins, c’est comme cela qu’il aurait réagi, des semaines plus tôt. Mais aujourd’hui, tout était différent. Tu étais là pour lui, te battant pour qu’il vive, peu importe ce qu’il t’arriverait. Au fond, tu avais tellement plus de courage et de force que lui n’en aurait jamais. Aujourd’hui, il ne pouvait plus que se courber, et t’offrir le respect que tu mérites.

    Oui, vous ne serez pas trop de deux pour en venir à bout. Surtout que le fauve, qui semblait avoir oublié la présence de Djamay, fonçait déjà sur toi. Mais le loup réagit au quart de tour, et, oubliant la douleur causée par la blessure, il heurta le fauve de plein fouet. Un choc qui lui coupa le souffle, et qui fit tomber le fauve, dans un nuage de poussière. Le loup d’ébène se retrouva à tes côtés, le souffle court, tandis que le puma se relevait sans trop de difficulté. Ses yeux jaunes reflétaient une fureur folle, que tu avais probablement provoquée, belle Winter. Ce n’était plus un combat entre proies et prédateurs, mais une bataille pour l’honneur. Le fauve saignait lui aussi, ce qui participait à sa mauvaise humeur. Il ne semblait pas craindre les deux loups, et toute raison avait laissé place à une haine hystérique.

    Et ce fut toi, qui attiras les yeux de la bête. Il s’élança, ignorant le loup d’ébène qui se trouvait à tes côtés. Ses foulées souples et agiles le propulsèrent vers vous, mais Djamay ne te laisserait pas prendre un nouveau coup à sa place. Il se mit devant toi, menaçant, le sang battant avec hargne à sa blessure. Le puma mit un temps de réflexion, mais ne s’arrêta pas. Le loup prit son élan et leurs grands corps se rencontrèrent avec fracas. Les puissantes griffes du fauve lacérèrent les flancs du loup, mais les crocs de celui-ci pénétrèrent en profondeur l’échine de l’animal. Emportés par leurs poids, ils tombèrent sans ménagement sur le sol bouillant du canyon. Le grand animal pesa de toute sa masse sur les côtes de Djamay, qui poussa un râle rauque. Il eut du mal à reprendre ses esprits, mais déjà, le prédateur l’avait abandonné pour s’attaquer à toi.


    « Vas-t-en, Winter ! »


    [ J'espère que ça t'inspirera quand même un peu... ]
Sam 20 Fév - 22:41
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    A peine avais-je terminé mes mots que le fauve se jetai sur moi. Mes muscles tremblant se bandèrent à nouveaux, prêt à encaisser. Je ne remarquai même pas Djamay qui fondait sur l’ennemi, oubliant ses blessures bien plus profondes que les miennes. Leur corps musclés se heurtèrent sèchement, et le fauve s’étala au sol, soulevant une poussière rougeâtre et brûlante. Mais rien n’arrêtait l’animal en furie, qui ne semblait même pas hésiter face à la petite meute que nous formions. Le puma se redressa, me faisant face, oubliant Djamay, oubliant le canyon. Je réfléchis un court instant. Bien trop court. Juste assez pour retenir la fatalité. Je n’avais aucune chance face à cette masse noueuse, qui s’élançait déjà sur moi, son regard haineux en fusion.

    J’espérais que Djamay fut parti, loin d’ici. Si je meure aujourd’hui, tu auras atteint ton but.. Le loup noir se redressa pourtant, et se plaça devant moi. Je songeai immédiatement à tout ce qu’il laissait derrière lui, par ce simple geste. Il oubliait ma mort, et sa montée au trône, fil légitime de Seven. Il oubliait sa peur, ne gardant que son courage. Jamais je ne l’avais vu si menaçant, les babines retroussées sur des crocs meurtriers, qui n’attendaient que la chair et le sang.. Il prit son élan, et heurta à nouveau le corps puissant du puma, dans un bruit d’os brisés qui me frissonner. Les longues griffes du fauve mettaient le loup à sang, vision d’horreur que je ne pus supporter. Les deux adversaires roulèrent sur le côté, et l’ennemi porta tout son poids sur les côtes fines de Djamay, qui souffla bruyamment. Le fauve se retourna, et planta ses yeux d’or au plus profond des miens.

      « Vas-t-en, Winter ! », hurla Djamay.

    Je n’eus pas une seconde d’hésitation. Il était hors de question que je m’enfuis lâchement. Je ne répondis pas à Djamay, et me jetai sur l’adversaire dans une haine telle que mes gestes incontrôlables le ratait souvent. Jamais je ne restais plus d’une seconde au même endroit, sautant, tournant, lacérant au hasard le corps jaune du fauve. Mes crocs se refermèrent sur son cou épais, dans un bruit de sucions sanguinolent. Un feulement rauque s’arracha de sa poitrine, alors que je serrais plus fort encore mes mâchoires puissantes. D’un coup de rein violent, il se débarrassa de moi, m’envoyant valser à un petit mètre du canyon, le corps vide de force, sanglant. Quand ce combat cesserait-il ? Je ne pouvais me relever, et le fauve fondait déjà sur moi, obstacle de chair entre le canyon et lui.

    Si son coup m’atteignait, nous roulerions tout deux au fond de cet abîme. J’attendais, comptant chaque seconde, chaque foulée de l’animal, chérissant peut-être mon dernier souffle. Croisant son regard d’or, et dans un dernier effort, je me jetai de côté, dans un hurlement de douleur, alors que la bête jaune roulait contre les pierres brûlante du canyon, terminant sa course au fond des Gorges. Allongée sur le sol, haletante, je l’entendis toutefois rugir de rage, rejoignant le rivage. Le sang coulait de tout mon corps, et je rampais vers Djamay, qui se vidait du sien.

    [Heulalalalaaa :hmpf:]
Dim 21 Fév - 0:20
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Cloué au sol, le grand loup noir ne put que regarder ce qui suivit. Tu ne t’enfuis pas, malgré l’avertissement de Djamay. Au contraire, tu ne sembles même pas hésiter, et tu t’élances vers l’animal. Tu te battais avec courage et particulièrement beaucoup de volonté. Tes coups étaient rendus maladroits par la haine, peu atteignaient leur cible. Le loup ne put cacher sa stupéfaction, et dut reconnaître que tu ne manquais pas de bravoure. Mais à ce point, cela ressemblais plus à de l’inconscience et à de la folie... Tu ne lâches pas facilement prise, oubliant le sang qui coulait de tes plaies, te battant avec tout ton cœur et toute ta volonté, pendant que le corps fatigué de Djamay avait déposé les armes.

    Soudain, le prédateur se débarrasse de toi, et tu retombes à quelques dizaines de centimètres seulement du vide. Le palpitant du loup d’ébène s’emballa, comprenant ce qui allait suivre. Djamay se relève brutalement, un éclair de souffrance traversant son corps noueux, ses membres tremblant de fatigue sous lui. Il gronde sourdement, mais le furieux animal n’en a rien à faire. Déjà, il fonce sur toi, et il semble inévitable que cette fois-ci, tu ne te relèveras plus.

    Incapable de faire quoi que ce soit, qu’il s’agisse de réfléchir ou d’agir, le mâle noir détourna la tête, fermant les yeux. Un hurlement vrilla les oreilles sombres du loup, qui sursauta et gémit silencieusement. C’était ton hurlement. Djamay n’osa regarder dans votre direction, son cœur battant comme s’il venait de courir pendant des heures. Cependant, un léger mouvement attira l’attention du loup, qui tourna soudainement la tête vers toi. Toujours là. Vivante. Plus loin, le rugissement rageur du fauve se faisait entendre. Djamay laissa échapper un sourire heureux, soulagé mais épuisé et bref. Tu rampais vers lui, et son regard s’attarda sur tes blessures. Ton pelage n’avait plus ce blanc qui te caractérisait, mais était rougeâtre à de nombreux endroits. Il frémit. Tout cela était de sa faute. C’était lui, le guerrier. C’était lui, qui devait protéger l’Alpha, au péril de sa vie. Pas l’inverse.

    Il recula légèrement, son corps se pliant sous la douleur. Il baissa la tête, les yeux tournés vers le sol, consumés par la honte.


    « Je suis désolé. »

    Sa voix était habituellement glaciale, mais il fit quelques pas maladroits vers toi. Comment allais-tu ? Tes blessures étaient-elles graves ? Il te donna un léger coup de museau sous ton flanc, comme s’il souhaitait que tu te relèves. Comme s’il souhaitait être certain que tu allais bien.

    [Heulalalalaaa :hmpf:]
Dim 21 Fév - 2:23
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Je me sentais pathétique, rampant au sol, telle une proie agonisante. J’aperçu un sourire bref de Djamay. Le premier qu’il ne m’ai jamais adressé. Mon coeur se serra, lorsque que remarquait le sang qui dégoulinait de ses pattes, de ses flancs, de son cou. Il était fort d’être toujours debout, contrairement à moi, luttant pour ne pas gémir. Il frémit, peut-être de dégoût en fixant mon corps que je savais sanglant. Le loup noir recula lentement, la tête basse, ses yeux fixant le sol sec. La chaleur était toujours aussi lourde à supporter, et mes poumons semblaient brûler à chaque inspiration.

      « Je suis désolé. », murmura Djamay.

    Je redressai la tête, surprise. Désolé ? Pourquoi donc ? Pour avoir frôlé la mort ? Il n’avait aucune excuse à me faire. Mon devoir était de protéger la meute, et même si je devais m’offrir à la mort pour accomplir cette tâche, j'irais sans rechigner. Djamay s’approcha, et sembla examiner l'étendue de mes blessures. Il me donna un léger coup de museau, et je me redressai, forçant sur mes deux pattes avant pour me remettre debout, toujours aussi tremblante, mais droite. Je ne tardai pas à me relever complément, non sans efforts, et fixai le loup noir face à moi.

      « Comment vas-tu ?, lui demandais-je. Tu saignes beaucoup. »

    Il ne fallait pas rester dans cet état sous cette chaleur accablante. Je tournais le dos à Djamay, troublée par son comportement. Il aurait pu me laisser là, me laisser mourir sous les crocs acérés du puma, mais il n’en avait rien fait. Il m’avait secouru jusqu’à se vider de ses forces. La fatigue me submergea soudain, et je ne désirais qu’une chose : me coucher à l’ombre et me reposer. Mais il fallait rester debout. Tans que je ne serais pas sûre que Djamay était vraiment tiré d’affaire, je garderais les yeux ouverts. Ces lieux étaient vraiment dangereux et une autre rencontre déplaisante pouvait avoir lieu plus vite que prévu. Repérant dans l’horizon vibrant ce qui semblait être le bord de la Forêt Nébuleuse, j’avançais lentement, consciente que Djamay me suivrait.
Dim 21 Fév - 3:56


Dernière édition par Winter » le Ven 2 Avr - 7:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Non, pas pathétique. Mais différente. Tu offrais aux yeux d’argent du mâle une toute nouvelle vision de toi. Frêle, fragile. Vulnérable. Tu n’étais plus ce qu’il détestait par-dessus tout. Tu n’avais jamais été hautaine, mais aujourd’hui tu revenais parmi le commun des mortels. C’est pour cela, qu’il n’éprouva aucun besoin de se moquer de toi, ni même de te laisser là, livrée à toi-même. Ce n’était pas une question de force physique, belle Winter. S’il était debout, c’était une question d’orgueil stupide. Ne jamais montrer que quoi que ce soit l’atteignait. S’il avait mal, en faire abstraction pour que jamais tu ne le saches. S’il lui restait bien une chose, c’était une fierté démesurée, que même ta monté au trône n’a pu entacher.

    Tu semblais surprise qu’il s’excuse, pourtant tout était si clair. Si tu saignais ainsi et rampait parce que tes pattes refusaient de te porter, c’était de sa faute. S’il ne t’avait pas appelée, belle Alpha, tu parcourrais tes terres en parfaite forme physique. En contre partie, il ne serait certainement plus là. Mais tu aurais eu un ennemi en moins, n’est-ce pas ? Et puis, à ses yeux, c’était inconcevable que tu meures pour que lui vive... Tu te redresses, et son regard ne te quitte pas d’une semelle. Tu trembles, mais ton courage une nouvelle fois lui coupe le souffle. Tu es debout, comme lui l’était. Un Ange et un Démon dans le soleil déclinant.


    Comment vas-tu ? Tu saignes beaucoup.

    Il marqua un temps, ses mâchoires serrées. Il détourna les yeux, baissant légèrement la tête, un vent chaud ébouriffant ses poils sombres.

    « Quelle importance... »

    Un guerrier qui tombe est oublié, puis remplacé. Mais un Alpha qui meure... Il secoua légèrement la tête. Il savait très bien la suite, mais refusait de l’imaginer de nouveau. Tu lui tournas le dos, et son cœur cogna subitement dans son poitrail. Il tenta d’ignorer ce sentiment étrange, et te suivit, lentement, soufflant à chaque pas. Le sang de sa gorge coulait le long de ses pattes, et laissait de petites traces sur le sol dur du canyon. Les plaies de ses flancs ne semblaient pas très graves, bientôt elles ne saigneraient plus. Cependant, chaque pas était une épreuve, qu’il franchissait en silence, parce que son état n’avait aucune espèce d’importance.

    « Et toi, Winter ? »

    Il n’y avait aucune méchanceté, dans ce ton sombre. Il semblait sincèrement se soucier de ta santé, bien que ses yeux ne révélaient rien de tel. Avançant d’un pas plus actif en étouffant un grognement, Djamay eut vite fait de te rejoindre. Un mètre vous séparait, une distance infranchissable.

    « Pourquoi ? Pourquoi être venue ? Tu aurais pu me laisser. Tu as assez à faire avec les chevaux, pour devoir supporter un ennemi de plus, dans ta propre meute... »
Mar 23 Fév - 6:49
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Le loup noir marqua un petit temps, les yeux et la tête baissée, en entendant ma question.

      « Quelle importance... », souffla t-il.

    Cette réponse me fis légèrement frisonner. N'avait-il aucune attache dans la vie, pour s'y intéresser si
    peu ? Avait-elle si peu d'importance à ses yeux ? Le loup noir me suivit, soufflant parfois bruyamment, sous les assauts de la douleur.

      « Et toi, Winter ? », questionna t-il soudain.

    Quoi moi ? Bien qu'il me semblait sincère et inquiet à mon sujet, je ne voyais pas l'intérêt de lui répondre. Il me rejoignis rapidement, quelque peu en retrait, et nous nous dirigeâmes vers un lieu moins dangereux. Je sentais le sang chaud dégouliner de mon corps, et l'odeur du sien, gouttant sur le sol brulant du canyon. Je risquai un coup d'œil, pour examiner le loup noir. Remarquant la gravité de son état, je soupirai d'une petite colère, face à ce loup entêté qui refusait d'avouer la douleur.

      « Je te remercie de te soucier de mon état Djamay, mais qu'a t-il de plus important que le
      tien ? »
      , lui répondis-je.

    Je fixai un court instant ses yeux d'ambre, insistante. Si il ne me faisait pas confiance pour m'avouer son juste état, alors je ne lui répondrais pas non plus.

      « Quelle importance, hein ? », continuais-je.

    J'espérais le faire réagir, lui faire comprendre que j'aurais aimé qu'il me parle, qu'il ravale pour une fois sa fierté. Il en allait peut-être de sa vie, sa vie qui n'avait apparemment aucune importance pour lui, mais qui en avait pour moi. J'entendais le grand mâle respirer avec difficulté, et après une petite pause, il continua.

      « Pourquoi ? Pourquoi être venue ? Tu aurais pu me laisser. Tu as assez à faire avec les chevaux, pour devoir supporter un ennemi de plus, dans ta propre meute... »

    Au moins, les choses étaient claires. Djamay était bel et bien mon ennemi. J'aurais pu me faciliter la tâche, le bannir de la meute, me débarrasser de potentielles difficultés. Mais jamais je ne ferais une pareille chose. Maintenant que je savais qui il était, je ne pouvais laisser Djamay seul. Et même si il ne désirait pas mon aide, même s'il restait muet, j'attendrais le temps qu'il faut. Je voulais le comprendre, démêler ce nœud d'interrogations qui planaient sur son sombre passé.

      « Comme tu l'a si bien dit, tu es un membre de la meute. De ma meute. Et jamais je ne t'abandonnerais, quelque soi le prix à payer. »

    Je marquai une petite pause, serrant les mâchoires face à une nouvelle vague de douleur. Nous marchions toujours, en direction d'arbres qui se dessinaient maintenant clairement. Respirant avec de plus en plus de difficultés, je ralentis la cadence, avant de continuer.

      « Mourir pour la meute et le plus grand des honneurs qui pourrait m'être offert. Et si je meure de tes crocs, Djamay, alors au moins j'aurais eu la chance de fouler cette terre. »

    Mais méfies-toi mon grand.. La précipitation pourrait nuire à tes plans. Rien dans cette vie ne me retenait plus, maintenant, mis à part une dernière chose que je voulais accomplir. La mort ne m'effrayait nullement, et je savais que mon heure n'était pas encore arrivée. J'avais encore du temps devant moi, un temps précieux qui filait à chaque seconde, s'élevant dans le ciel en une masse de poussière, comme le sable rougeoyant du canyon brulant.


    (Désolée réponse en speed.. Je modifie 'tete demain si ca t'inspire pas =)

Mar 23 Fév - 10:24
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Lève toi, soldat...
    Il reste encore un combat...

    Un lourd silence suivit les paroles de Djamay, quelques fois troublé par les râles étouffés des deux loups. Plus aucune attache à la vie... Le loup noir n’avait jamais poussé la question jusque là. Il y avait toujours eu cette haine poussée contre toi, cette énergie mauvaise qui coulait dans ses veines, et faisait encore battre son cœur, aujourd’hui. Mais cette colère s’est maintenant apaisée, sans pour autant être tout à fait éteinte. Avait-il ne serait-ce qu’une raison de se battre encore, alors que laisser la mort le prendre était tellement plus facile ? Comment faisais-tu, Winter ? Etait-il possible de vivre seulement pour la meute ? Il tourna ses yeux glacés vers cette frêle silhouette, qui était à présent la plus puissante de la meute.

    Tu soupires, et un mince sourire étira ses lèvres. Il savait que son entêtement t’ennuyait, t’exaspérait même.


    Je te remercie de te soucier de mon état Djamay, mais qu'a t-il de plus important que le tien ?

    Son sourire disparut brusquement, laissant le loup noir dans un mutisme complet. Qu’y a-t-il de plus important ? Il sembla chercher de la moquerie, de l’ironie dans tes yeux, mais il ne trouva qu’une insistance étrange, qu’il ne parvint pas à comprendre. Tu souciais-tu réellement de son état ? Etait-ce l’Alpha, ou était-ce toi, Winter, qui s’adressait au loup noir ?

    Quelle importance, hein ?

    Il gronda légèrement. Cette discussion ne mènerait nulle part. Il n’avait plus envie de jouer. Il avait envie de s’en aller, de courir jusqu’à ce que son corps cède sa vie. La douleur contribuait à sa mauvaise humeur, et sa patience avait atteint ses limites.

    « Aucune, tu as raison. »

    Il frémit légèrement, comme à chaque fois qu’il violait les règles. Djamay soupira, il s’arrêta, et se détourna, faisant de nouveau face au canyon. Comme tu l'as si bien dit, tu es un membre de la meute. De ma meute. Et jamais je ne t'abandonnerais, quelque soi le prix à payer. Il ne se retourna pas. Ce n’était pas le genre de paroles qui franchissaient les défenses de Djamay, et le mur de son indifférence était toujours intact.

    « Tous ces discours d’Alpha ne me font plus ni chaud ni froid. »

    Il n’entendit plus tes pas, cette douce mélodie qui rythmait les siens. Il tourna la tête, son regard se posant de nouveau sur toi. Il y a des signes qui détrompent les mots. Tu n’allais pas aussi bien que tu le prétendais. Tes mâchoires étaient serrées, et ton pas plus lent. Il détourna les yeux, indécis. Une folle envie de te rejoindre, de te soutenir pour te soulager le gagna, mais sa raison prit le dessus, et il resta immobile.

    Mourir pour la meute et le plus grand des honneurs qui pourrait m'être offert. Et si je meure de tes crocs, Djamay, alors au moins j'aurais eu la chance de fouler cette terre.

    « Je ne serai pas capable de cela. Je préfère voir comment tu vas t’en sortir... Seven n’est plus là. »
Mer 24 Fév - 6:19
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Un vent léger se leva doucement, caressant mes poils blancs et m'apportant une fraicheur revigorante. J'entendis Djamay gronder, avant de répliquer sèchement :

      « Aucune, tu as raison. »

    Je continuais d'avancer, sans même un regard. Soudain je compris qu'il s'était arrêté, et je me retournai, curieuse. Il fixait le canyon d'un air morne, indifférent au possible, cet air habituel qui le suivait partout.

      « Tous ces discours d’Alpha ne me font plus ni chaud ni froid. »

    Très bien. Il n'y avait aucun sous-entendus dans ses mots, juste une pure franchise, frôlant parfois l'insolence, mais en réalité, cette sincérité me plaisait. Pas de détour, des mots lâchés comme ils venaient. C'était plus simple. Je me détournai, et continuai ma route, non sans me soucier du loup noir. Mes propres mots résonnaient à mes oreilles, puis Djamay y répondit :

      « Je ne serai pas capable de cela. Je préfère voir comment tu vas t’en sortir... Seven n’est plus là. », annonça t-il.

    Mon cœur se serra, et ma respiration n'en fut que plus difficile. Maintenant à une distance assez grande de Djamay, je m'assis sur le sol chaud pour reprendre mon souffle, abandonnant mon corps et mon imagination à ce simple nom.. Seven. Je fermai les yeux, soupirant, et ne tardais pas à replonger dans des souvenirs violents..

    Le ciel nocturne était déchiré d'éclairs blanchâtres, et le tonnerre fouettait la Lune de son grognement terrifiant. Les cris de batailles résonnaient jusqu'à la Pierre du Silence, où affluaient les guerriers sanglants et mourants. On m'avait interdit de participer à la bataille, et je fixais la scène de loin, repérant difficilement la personne que je cherchais. Le grand roi se tenait là, tournant autour de l'étalon doré. Gold. Un éclair déchira à nouveau l'encre de la nuit, et les babines de Seven se retroussèrent, lâchant un flot de férocité dans l'atmosphère ténébreux. Il atteignit Gold au flanc, qui hennit de douleur, envoyant un puissant coup de sabots dans le dos de Seven. Discrètement, je me faufilait à travers les herbes de la plaine, pour rejoindre le combattant acharné que je respectais tant. Personne ne semblait me voir, ombre blanche au milieu de la mort et du sang. Deux loups déchiraient la robe alezane d'un grand étalon, et ce dernier s'écroula sur le sol. Les deux chasseurs me percutèrent, mais je ne sentis aucun choc. Je n'étais qu'un souvenir, un soupir invisible créé de toutes pièces.. Je tournai la tête, et aperçus les deux loups, quelques mètres plus loin. Repérant enfin Gold et Seven, au centre des formations de combat, je m'approchai, lentement, admirant une dernière fois le grand roi à la fourrure d'ébène. D'un coup de crocs rapide et sec, il transperça l'encolure puissante de l'étalon doré, qui en s'étalant sur le sol lui porta un choc fatal. Le grand roi haletait sur le sol rougeâtre, gémissant parfois. Je courrai dans sa direction, dans l'espoir de sauver sa vie si précieuse. En arrivant prêt de lui, je croisai son regard d'argent.. Aussi beau qu'un clair de Lune. Il ouvrit lentement la bouche, et murmura mon nom.. Cette voix.. Dans la nuit noire et glacé, je reconnu Djamay, à la place de son père, luttant contre la mort. Il ne pouvait me voir, et je le fixai intensément. Comme il lui ressemblait.. Il était l'ombre, le fantôme de Seven. Le fantôme d'un roi. Je redressai lentement la tête, et offris mon chant à la Lune, mère de tous les loups.

    Je rouvris les yeux, et me trouvais sur le sol du canyon, toujours immobile. Je ne me retournai pas, ignorant si Djamay était encore là.

      « Tu lui ressemble tellement.. », murmurais-je, la voix brisée.

    Peut-être m'avait-il entendu, peut-être pas. Pour moi, cela n'avait plus vraiment d'importance.
Mer 24 Fév - 6:46
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Pas de réponse. Seulement un silence pesant, presque inquiétant. Djamay réprime un soupir de découragement, et il fait un mouvement un peu trop brusque, se pliant sous le mécontentement de ce corps meurtri. Il revint sur ses pas, cette lassitude vite oubliée, lorsqu’il vit que tu n’étais plus avec lui. Assise là, dos à ses yeux d’argent, ta respiration semblait difficile, et tu frémissais souvent, comme plongée dans un rêve éprouvant, qui l’intrigua étrangement. Etait-ce ses paroles, Winter ? Ne sachant que faire, il se contenta de te donner un léger coup de museau, voulant comprendre ce qui t’arrivait. Ce contact dégagea ton odeur, qui embauma l’air et le pris à la gorge. C’était un effluve poignant, doux et subtil à la fois. Il ferma lentement les yeux, respirant à plein poumon.

    « Winter... »

    Mais soudain, tu revins à toi, et il recula vivement, grimaçant à ce geste douloureux.

    Tu lui ressembles tellement...

    Il lui sembla alors qu’il ne savait plus comment respirer. Ce geste inconscient était devenu beaucoup trop compliqué pour le cerveau du jeune mâle. Ses poumons étaient comprimés par une émotion étrange, mais qui lui transperçait les entrailles. Il lui ressemblait tellement... Il ressemblait à Seven, cet Alpha que tous regrettaient. Mais il était Djamay, ce guerrier dont le nom échappait encore à beaucoup. Et pour ceux qui s’en rappelaient, il avait une connotation tellement obscure...

    Flash Back.

      Je suis là, moi aussi. Être irréel, fantôme du futur. Âme sombre, savourant sa victoire. Du moins, c’est ce que j’aurais du faire. J’évite les corps qui parsèment la plaine, nourrissant le sol de leur sang. Il s’agit de loups, guerriers entraînés par mes soins, s’étant battus jusqu’à ce que mort survienne. Je les avais abandonné. Lâchement. Cela n’avait eu aucune importance, je devais vivre. Soudain, ce chemin m’amène vers toi, Petite Winter. Tu fais tâche dans ce décor sordide. Trop belle, trop blanche. Trop innocente. Derrière toi, une ombre se dresse devant Seven. Une ombre furieuse, son regard argent emplit d’une colère sans pareille. Et tandis que le grand Gold fonce sur lui, cette ombre d’ébène s’évanouit dans la plaine, laissant l’Alpha seul face à Gold. Il ne fut peut-être qu’une ombre, une illusion. Simplement un rêve. Mais ce loup d’ébène, qui n’était autre que moi, avait laissé Seven prendre le coup qui lui était destiné. Et là, alors que ses pattes le portent le plus loin possible, un Alpha venait de s’écrouler, la vie abandonnant ce corps puissant, comme le sang se répandant à sa carcasse.

    Fin.

    Djamay ferme les yeux, frémissant plus par la répercussion des souvenirs que par la douleur. Tu lui ressembles tellement... Si tu savais, belle Winter, si tu savais seulement combien tu trompais. Si tu savais combien le courage avait coulé dans les veines de Seven, qui mourut à la place du loup d’ébène. Si tu savais combien la lâcheté caractérisait Djamay, lui qui s’était volatilisé alors qu’on lui portait le coup ultime, laissant comme seule cible l’Alpha lui-même.

    « Mais je ne suis pas Seven... »

    Tu ne sais pas, mais tu viendras à savoir. S’il te reste une once de respect envers le loup qui te faisait à présent face, elle ne restait pas longtemps intacte. Doucement, il blottit sa tête au creux de ton cou, appréciant le contact d’une louve qui avait su prendre la peine de le comprendre, et le temps de l’apprécier.

    Mais le temps s’en va, et Djamay se dégage, laissant l’air chaud succéder à ce contact. Ses pas étaient raides de souffrance, mais il s’éloignait vers le canyon. Avec un peu de chance, il le traverserait pour regagner vos terres. Si c’était la mort qui venait à sa rencontre, alors il l’accueillerait comme une vieille amie.


    [ Déso il vaut pas l'tien... ]
Jeu 25 Fév - 7:43
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    J'avais senti le museau de Djamay me cogner gentiment, tout en prononçant mon nom. Ils n'étaient pas tout à fait pareil, en fait. La voix du loup noir qui se tenait tout prêt ne reflétait pas la vieillesse, le poids d'une vie. Toutefois, elle laissait transparaitre cette once de souffrance, audible pour quiconque la chercherait un peu. J'inspirai profondément, et me retournai, pour faire face au guerrier, mon irritation ayant maintenant laissé place à une peine obscure. Croisant le regard du loup noir, je remarquai sa stupéfaction, ses prunelles semblant voilées par un flot de souvenirs. Les secondes passèrent lentement, et Djamay frémit, les yeux clos, les lèvres à demi pincées.

      « Mais je ne suis pas Seven... », murmura t-il.

    Tu n'es pas Seven, Djamay, mais tu es son sang. Les seules gouttes qui ne sont pas tombées avec lui sur le champ de bataille. Je baissai la tête, effleurant presque le sol. L'ombre d'ébène blottit son museau au creux de mes poils, et pendant un instant la douleur se tut. Il se retira bien vite, et me tourna le dos, prenant la direction du canyon. J'avais envie de courir, de le rattraper. Je ne voulais pas rester seule. Pas avec tous ces souvenirs brûlants qui surgissaient au hasard des foulées, lacérant un peu plus à chaque fois mon esprit fragilisé. J'aurais aimé que Djamay désire ma compagnie un peu plus longtemps, qu'il m'explique tous ces sous-entendus à chacune de ses phrases. Mais malgré son appartenance à la meute, il était solitaire, et le resterait surement. Il marchait lentement, les muscles raidis par la douleur. Je fermai les paupières, mais l'ombre du loup restait collée à mes rétines, incapables de s'effacer. Lorsque je les rouvris, il avait disparu. Soupirant une nouvelle fois, je me détournai, et pris la direction de la Forêt Nébuleuse, trainant les pattes sur le sable rougeoyant. Arrivée à l'orée du bois, je me couchai sur le sol frais, et étendis mon cou douloureux sur mes pattes ensanglantées. Mes yeux se fermèrent tout seuls, me laissant succomber au monde étrange des rêves et des souvenirs.

    Djamay courait, au milieu d'une plaine grillée par le soleil. Malgré la fraicheur de cette nuit rendue argentée par la Lune, il haletait, la langue pendante, tentant de rattraper le temps. Soudain des hurlements de douleurs se firent entendre, des cris de bataille et de mort. Je regardais le loup passer, droit devant moi, sans même m'apercevoir, une fois de plus. Je détournai la tête, et cherchai la source de ces cris lugubres. Sur le sol se tenait Seven, le corps décharné et brisé. Cette vision d'horreur m'arracha un haut-le-cœur, et je me retournai rapidement, cherchant son fils des yeux. Seven avait besoin d'aide. Je n'eus pas le temps d'appeler l'ombre noire, qu'elle quittait déjà mon champ de vision.

Jeu 25 Fév - 9:45
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

    Tellement différents... Jeune louve, Alpha de la meute, au regard doux mais mélancolique. Jeune loup, Chef des guerriers, au regard sombre et vengeur. L’un s’en va continuer sa vie, à n’importe quel prix. L’autre marche vers un avenir incertain, où la mort est peut-être la seule issue. Toi Winter, tu as l’air de savoir pourquoi tu te bats, et tu t’accroches à ce qui te tient debout. Djamay ne sait plus, si la vie est plus importante que la mort.
Je suis fatigué.
Je ne suis plus rien.
Rien qu’un coeur blessé.

Rien qu’un soldat
Qui a livré son ultime combat,
Jusqu'au dernier soupir.
Emmène-moi... ou laisse-moi mourir.

    Le soleil de fin d’après midi tapait avec une force encore impressionnante, sur le pelage sombre et luisant de sang du mâle d’ébène. Ses pas devenaient traînants, tandis que derrière ses paupières closes, son regard revivait les derniers mois. Rasant la paroi du canyon, Djamay se laissa tomber lentement, sa tête heurtant sans dommage le sol dur. La fatigue prit le dessus, et le sommeil gagna le guerrier, le délivrant de ses pensées sombres et indécises.
Je sais la route est longue,
Mais même au bout du monde,
Je te trouverai,
Toujours je reviendrai
Vers toi


[ The end alors ?]
Sam 27 Fév - 1:13
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

<333333

Yes the end
Sam 27 Fév - 1:29
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message
Sujet: Re: Vaincu. [ Winter ][x]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vaincu. [ Winter ][x]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Degarmoara Winter Wonderland 'White Fairy' rajout de photos
» the hounds of winter...
» Winter Barbecue 2011 by Original-bus
» Odontoglossum Winter Wonderland White Fairy
» Clematis cirrhosa 'Winter Parasol'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memories :: ­
Hors - Jeu
 :: ▬ Corbeille :: ▬ RPG, ancienne version.
-
Sauter vers: