AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Les éléments déchaînés. Pv Opium

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

    Ẳ ℓ'αιѕє
    On s'connait, non ?
Acaeudd
Puf : M.0FF Naissance : 17/06/1994 Messages : 189

Libre au RP : yeeees Playlist : So far away - Avenged Sevenfold

» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :

Message
Sujet: Les éléments déchaînés. Pv Opium   

Les éléments déchaînés.
Pv Opium



    Comme tes yeux à jamais disparus. Le paradis n'était plus.

    La langue bifide de ces quelques serpents électriques vint violemment frapper le commun des mortels ; et la lumière opalescente de son poison déchira le dôme céleste avant de s'effacer. S'ensuivit une plainte déchirante. Effrayante. Un cri de douleur dont l'écho se répercuta contre la pierre avant de disparaître à son tour, avalé par les ténèbres oppressantes. Le tonnerre. La souffrance en était telle, que ce cri n'était plus qu'un râle. Avec rage, les vipères électriques s’abattaient. Frappaient. Et disparaissaient. Tout aussi nombreuses, elles suscitaient la peur. Et n’était autre que la pure représentation de la haine des éléments. Comme à chaque temps orageux, en cet instant où le jour et la nuit n'étaient plus, la Terre semblait proche de l'apocalypse.

    Comme tes yeux à jamais. Les ténèbres étaient maîtresses de ces lieux.

    Allongée là, sur le sol humide et froid de la caverne, tu attendais. Immobile, tête posée sur tes antérieurs glacés par les gouttes cristallines de la pluie, tu espérais que la colère se dissipe bientôt. Loin devant, les ténèbres s’étendaient. La voûte sans étoile qui prend possession du dôme céleste en cette heure est aussi sombre que le voile qui recouvre tes yeux. Acaeudd, il n’y a jamais eu de lumières. Et tes yeux ne sont plus que deux pierres d’ambre. Tes paupières se fermèrent lourdement. Et ton esprit vagabonda dans les méandres de tes souvenirs…
    Des ombres dansèrent dans ta tête. Floues, tout d’abord. Elles prirent ensuite une forme, puis un visage. Elle était là. Elle se tenait là, devant toi. Si fière. Si belle. La créature plongea ses yeux d’émeraude dans l’ambre des tiens. A l’époque, les ténèbres ne t’avaient pas encore enchaîné. Que voyais-tu alors dans son regard ? Une tristesse infinie. La mélancolie, perfide, qui la rongeait de l’intérieur. Elle baissa la tête. Telles des perles, des larmes roulaient le long de son poil immaculé. Elle prononça ses dernières paroles. « Adieu, Acaeudd ». Et l’image, telle un fantôme, bascula dans le vide. Jamais plus tu ne la reverrais. Seule son image te hanterait à présent. Tu crias son nom. Ce fut trop tard. Elle était déjà partie. Et ce à jamais.


    A nouveau, un serpent électrique déchira le ciel. Il s’abattit sur un arbre mort, perchoir pour corbeaux, et le déchira dans le sens de la hauteur. Dans un fracas assourdissant, le squelette végétal s’écrasa sur la terre boueuse. Et c’est ainsi que la réalité te tira de tes souvenirs en un sursaut. Tes paupières se relevèrent. Mais les ténèbres demeurèrent cependant. Combien de temps t’étais-tu assoupi ? Tu ne saurais le dire. Mais la colère des éléments persistaient toujours.
    Enfin, tu remarquas la présence de l’inconnu. Tu relevas ta lourde tête, et huma l’air. Différentes senteurs se mêlèrent entre elles. La roche humide de la caverne. Le brûlé d’un arbre, abattu par les serpents électriques. La terre souillée… C’en fut pourtant une autre qui attira ton attention. L’odeur de sa robe mouillée t’écorchait la truffe. Mais soit. Ton odeur devait bien écorcher la sienne. L’être en question n’était autre qu’un équidé. Un étalon. Un chef. Un roi aux yeux de ses semblables. Une tête à couper aux yeux des tiens. Une alléchante carcasse aux yeux des autres. Ce n’est cependant pas un ennemi. Acaeudd. Ce n’est cependant pour toi pas un ennemi. Il n’y en a jamais eu en ton être. Il n’y en aura jamais.

    A nouveau, un éclair déchira le ciel. Et la Terre poussa une plainte, tout aussi déchirante que les précédentes.

    « Qu’avons-nous fait, pour mériter pareille colère ? »

Dim 9 Mai - 2:10


Dernière édition par Acaeudd le Ven 22 Avr - 22:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

    Fσи∂αтяιcє
Opium Deal
Puf : Tora & Padou :D Naissance : 28/04/1993 Messages : 1228

Libre au RP : Oui mais à petite dose. Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..

» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :

Message
Sujet: Re: Les éléments déchaînés. Pv Opium   

___ « Il y a des rencontres auxquelles on ne s'attend jamais. » ___

La pluie tombait, le tonnerre grondait. Et lui marchait. Dans cette étendue sombre et immaculée de de la noirceur des nuages d'orage, des serpents foudroyants éclairaient le ciel. Dangereux par leur électricité, intriguant par leur beauté, fascinants par leur puissance. Leurs grondements hargneux se répercutaient sur toute l'île, même à des lieux de là, faisant vibrer la terre sous ses sabots. Le vent balayait avec rage les arbres aux alentours qui alors se pliaient sous leur pouvoir pour éviter d'être brisés. Les branches craquaient. Les bois hurlaient. Ils avaient mal, criaient leur douleur ; cassés, déchiquetés, éparpillés, toute vigueur envolée par la tempête. De nouveau, la foudre zébrait le ciel avant de pousser ce cri si angoissant, pourtant si familier. Au milieu de ce combat de la terre chérie et la voûte céleste, eux vivaient, survivaient. Et lui tenait.Il se souvenait. Les violentes larmes du ciel battaient ses flancs à grands coups sous l'assaut du vent. On ne pouvait plus distinguer les gouttes glissant le long de son corps détrempé et tremblant de froid. Mais peu lui importait l'air glaçant ses os ou l'eau engourdissant ses muscles, car il se rappelait. Cette nuit-là, sous le même tableau, il l'avait trouvé. Fière sentinelle, elle était à son poste et le tenait malgré la peur qui tordait ses entrailles. Et lui s'était approché, attiré inexorablement par le simple fait que ce soit une jument, mais aussi par son instinct de protecteur. Elle était désorientée et ses membres peinaient à la soutenir, ses yeux perdus s'étaient posé sur lui. Alors l'étalon s'était avancé et avait réchauffé son corps du sien, la veillant le temps que l'orage s'en aille. Puis il s'en est allé sans un mot, mais sans plus jamais pouvoir oublier son si beau regard. Ce fut leur première rencontre, le début de leur romance. À l'horizon se dressait la noire silhouette des falaises qui abritaient bon nombre de cavernes maintenant abandonnées, ce qui leur avait valu leur nom. Durant un instant il hésita à retrouver les siens, mais n'avait-il pas déjà pris le chemin inverse ? Il était bien temps pour lui de s'abriter. Alors il reprit sa marche vers les roches et ferma les yeux quelques instants. Il se sentait bien, comme si ses souvenirs le transportaient doucement. Au fur et à mesure des secondes, il put presque sentir sa présente à ses côtés. Comme si Quater était là, il se sentit ragaillardi. Et c'est en un trot plus assuré qu'il continua sa route, ses yeux de nouveau ouverts et posés sur son environnement. Le vent sifflant à ses oreilles. Et avant qu'il ne puisse atteindre un abri digne de ce nom, l'un de ses perfides serpents frappa un arbre à quelques longueurs de lui, le brisant dans une plainte d'agonie. Paniqué à la vision des flammes dévorant lentement le tronc, l'entier se cabra de tout sa hauteur. Mais la pluie battante eu vite fait de faire taire les quelques étincelles et sans demander son reste, lui repartit à vive allure vers les falaises plus accueillantes toutes proches.Une forme floue se dessina au creux de la roche au contour discontinu. L'entrée d'une antre sombre. Cadrant son allure sur un pas qui résonna sec au contact de la pierre, il s'engouffra dans le ventre de la bête. L'humidité étouffait l'air et le froid de la roche qui tempérait l'air ambiant fit frissonner l'équidé. La boue collait aussi bien au sol qu'à ses pieds mais il n'y fit pas attention. Une autre odeur venait d'attirer son attention, cette odeur qui le dégoûtait depuis toujours. Les oreilles soudainement rabattues, l'étalon ronfla bruyamment comme un avertissement mais n'esquissa aucun geste tandis que l'écho lointain de l'orage râlait. Ta voix résonna alors dans ce lieux qui soudain était comme clos, l'orage oublié. « Qu’avons-nous fait, pour mériter pareille colère ? »« Je ne le sais. Je ne partage pas les pensées de mes ancêtres. »Malgré l'air menaçant que tu devais sûrement lui voir, il avait répondu avec calme, même si dans sa voix perçait une froideur digne des grands glaciers inconnus. Mais son instinct lui dictait de s'immobiliser, contre toute attente il ne pouvait se résoudre à attaquer. Quand bien même il en avait l'envi, il semblait clouer au sol. Quelque chose l'en empêchait. Quelque chose qu'il ne comprenait pas. Toi.
Lun 10 Mai - 7:49



« Opium Deal »
Coupable, témoin et victime tout à la fois.


« Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »


    Dernière édition par Opium Deal le Mar 26 Juin - 11:45, édité 2 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar

      Ẳ ℓ'αιѕє
      On s'connait, non ?
    Acaeudd
    Puf : M.0FF Naissance : 17/06/1994 Messages : 189

    Libre au RP : yeeees Playlist : So far away - Avenged Sevenfold

    » Infos
    V a l i d . R e l a t i o n s :

    Message
    Sujet: Re: Les éléments déchaînés. Pv Opium   

      Opium Deal. Qui était-il ? Une tête à couper ; une carcasse à donner en pâture aux corbeaux affamés. Un être haïssable d’une force telle que le monde s’écroulerait. Un corps dépourvu d’âme et de cœur, maintenu en vie par la seule ambition de décimer un peuple par la guerre. Un monstre, méprisable au plus haut point. Un bourreau. Celui-là même qui ôta la vie à la meneuse au pelage d’argent, nous laissant tous orphelins. Ainsi était-il aux yeux de tes semblables. Qui donc n’a jamais rêvé de lui porter le coup de grâce ? Qui donc n’a jamais eu l’ombre d’une esquisse sur ses lèvres, en pensant qu’un jour, il pourrait succomber ? N’importe quel loup, se reconnaîtrait dans ces dires.

      Seulement, il n’en était rien. Tu n’avais aucune image de cet être. Aucune opinion. Les paroles des tiens s’étaient évanouis et n’avait laissé trace dans ton esprit. Pour toi, Opium Deal n’était autre qu’un cheval. Et même si tes congénères le voyaient comme le plus haïssable des être, tu n’avais aucune raison de le haïr. Ni aucune raison de l’aduler. Tu ne le connaissais pas. Derrière sa réputation si méprisable, peut-être ce cachait-il une âme d’une grandeur infinie. Tu n’en doutais pas.
      Et aucune paroles extérieure ne pourra souiller ce que toi tu auras vu.

      Et l’être en question était là.

      « Je ne le sais. Je ne partage pas les pensées de mes ancêtres. »

      Une voix telle le sol de la caverne ; telle que le ciel en cette heure. Glaciale. Et menaçante. Et pourtant, aucun acte sanguinolent. Aucun sabot qui ne se fracasse avec haine et rage sur ton crâne. Et aucune mâchoire qui ne se referme, telle un étau, sur l’une de tes cervicales. L’étalon restait là. Immobile, face à toi.

      « Mes pensées ne te conviennent donc pas. Et pour cause, je suis loup. Tu es cheval. Nos âmes ne sont pas compatibles.»

      Ironie. Que l’équidé n’aurait aucun mal à percevoir, tu le savais. Tu ne doutais en rien de son intelligence ; mais tu savais ce dégoût qu’avait l’être de charbon pour la race des lupins. Et ce dégoût, il altère la perception de chacun. Noble animal, laisse-moi donc te montrer, que nos deux âmes ne sont pas ennemies.

      « Cependant, ce ne sont là que des apparences, que nos races respectives ont transformé en barrage qu’ils refusent de surmonter. Tu es être intelligent ; je sais que tu comprends cela. Je fais le pari, que nous pourrions trouver commune pensée, malgré cet obstacle. Qu’en penses-tu ? »

      Car oui, outre ces apparences, ce fait que vous soyez tous deux différents ; il y a l’incompréhension. Toi, noble étalon, qui es-tu ? Et toi, loup enchaîné aux ténèbres, qui es-tu ? Qui somme nous ?

      Un éclair déchira à nouveau le ciel. Ami, apprenons à nous connaître...

    Lun 3 Jan - 6:47
    Revenir en haut Aller en bas

    Contenu sponsorisé

    Message
    Sujet: Re: Les éléments déchaînés. Pv Opium   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    Les éléments déchaînés. Pv Opium
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Memories :: ­
    Hors - Jeu
     :: ▬ Corbeille :: ▬ RPG, ancienne version.
    -
    Sauter vers: