AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 À la claire fontaine... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Opium Deal

    Fσи∂αтяιcє


Puf : Tora & Padou :D
Naissance : 28/04/1993
Messages : 1226

Libre au RP : Oui mais à petite dose.
Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


» Infos
V a l i d . R e l a t i o n s :
MessageSujet: À la claire fontaine... [PV]   Dim 25 Avr - 1:51


    « On s'évade. Insouciance. »
    Private P0m' - Quater Back

        Devrais-je croire en l'amour nouveau ?
        Devrais-je penser mon changement d'attitude possible ?
        Si ce que l'on dit impossible est possible,
        Alors l'amour est né.

      Voler. Voilà une notion qu'il ne connaîtra jamais. Voler doit être synonyme de liberté, d'abandon total. Et s'il volait, peut-être irait-il retrouver son père là-haut, dans les nuages de coton. Il lui dirait tout ce qu'il n'a jamais pu dire, tout ce qu'il n'a jamais su lui dire. Il lui demanderait comment il a réussi à aimer, alors que tous l'adulaient. Pourquoi les pensées se fixent-elles sur une seule personne quand tant d'autres ont tout autant besoin de vous ? Il serait tellement plus simple pour l'étalon noir d'être soulagé de ses peines si Lui était encore là. Sûrement aimerait-il la belle Quater sans se poser plus de questions, avec autant de simplicité que ces autres mâles. Quand il pose les yeux sur toutes les juments de son troupeau, il finit par se demander si ça en vaut le coup ; de souffrir autant pour quelques tranches de bonheur avec Elle. Puis il ferme les yeux et se repassent les merveilleux instants passés à ses côtés, sous la pluie ou au pied de la falaise, de la romance à la séparation. Il se souvient de sa voix, ses formes, son regard, son odeur... comme si elle était bel et bien là. Et il sait, que ces quelques minutes d'ivresse valent bien tous les malheurs de ce monde. Il sait au fond de lui qu'il ne veut laisser aucun autre partager ces moments-là avec elle. Qu'il ne veut pas partager de tels instants avec aucune autre, aussi belles ou tendres soient-elle. Un jour, quelqu'un a dit « L'amour, c'est tellement beau que ça fait mal » et il avait raison. Ça fait mal.

      Depuis combien de temps marche-t-il ? Longtemps. Il marche, trotte ou galope sans arrêt. Le dominant passe ses journées à cela, en espérant qu'elle sorte de sa tête. Pour juste un peu de répit, de calme et de silence. Comment peut-il réfléchir convenablement quand elle l'enivre ? La dernière fois qu'il a croisé son doux regard, c'est comme si à travers elle lui disait : « N'est pas peur de m'aimer ». Mais la peur n'est-elle pas acceptable quand vous êtes tous deux mortels ?
      Opium pointe ses oreilles puis tourne la tête vers la gauche. Il perçoit maintenant le tambourinement lointain de l'eau qui s'écrase au pied d'un surplomb. Il prend donc le chemin invisible qui y mène, entre arbres et buissons. Arrivé à seulement quelques pas, il ralentit et laisse ses oreilles s'habituaient au fracas de la cascade. L'entier s'arrête au bord de l'eau, s'émerveillant de la beauté du lieu qu'il a pourtant déjà visité plusieurs fois. Mais chaque fois qu'il vient, il ne peut que contempler une nouvelle fois cet endroit magique. Si splendide, si féerique, si parfait. Le soleil de l'après-midi dépose ses reflets sur l'eau qui miroite de milles feux, comme des milliers de petits diamants. Un pinçon chante de gaieté de cœur sur une branche basse et un couple de mésange entame au dessus de l'eau une danse qu'eux seuls connaissent. Deal lève un sabot bien haut pour ensuite l'abattre à la surface du petit lac. Des centaines de petits diamants jaillissent et s'écrasent sur sa robe aux allures chocolats sous ce soleil radieux. Puis l'étalon entre dans l'eau fraîche en se pavanant, pour sa simple satisfaction. Prenant le plaisir de faire des cabrioles, de faire le fou, comme un jeune poulain insouciant, il éclabousse son corps de milliers de petits gouttes colorées. Quand il s'arrête, l'eau lui touchant presque le ventre, des petites perles brillantes miroitent sur son corps ou glissent le long de sa crinière trempée. Il tend l'encolure pour poser ses naseaux sur la surface puis s'abreuve bruyamment. Il n'y a que l'insouciance de vraie pour trouver la paix intérieur, rien qu'un peu.

      N'importe qui aurait pu arriver, oiseau, loup ou cheval, qu'il ne l'aurait même pas remarqué. Dans ce petit coin de paradis, il se repose enfin de tous ses tourments incessants. Si ses sentiments ne suffisaient pas, les juments sont en chaleur depuis quelques jours. Autant dire que ça ne lui rend pas la tâche plus facile. Même si Quater occupe ses pensées, il a du mal à rester indifférent aux jeux amoureux et aux caresses des autres femelles. Il a déjà failli, c'est vrai. Pourtant... Oui, il l'aime.

    _________________

    « Opium Deal »
    Coupable, témoin et victime tout à la fois.


    « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
      Revenir en haut Aller en bas

      avatar

      # Quater Back

        Ẳ ℓ'αιѕє
        On s'connait, non ?


      Puf : P0m'
      Naissance : 07/04/1994
      Messages : 145

      Libre au RP : Ouai et t'as intérêt à assurer xP
      Playlist : Je t'aime Pom' <3 x)


      » Infos
      V a l i d . R e l a t i o n s :
      MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   Dim 25 Avr - 5:01


        C'est psychique. C'est physique. C'est tout ce que vous voulez, Opium me perturbe. C'est simple, faut pas chercher plus loin. Cela fait bien longtemps que je me triture les méninges à cause de cet étalon qui n'est rien d'autre que mon dominant. Qu'est ce que j'en peux ? Je tombe toujours sur le plus difficile à avoir. J'ai toujours raté. Cette fois, je ne le laisserais pas partir loin de moi. Je tourne en rond , ou plutôt en bourrique.

        J'approchais du repère où je me poste régulièrement pour observer nos ennemis les loups. Ce qui est bien dans cette meute, c'est que tout va vite. J'ai avertis l'arrivée de deux espions loups et tout de suite, réaction. Plusieurs chevaux étaient venus à la tâche pour les faire déguerpir. Bref. J'avais longé cette partie, et je me suis retrouvée comme par magie au beau milieu d'une clairière. Cette clairière.. Elle était d'une beauté imprenable et même Aphrodite elle-même passerait pour une ringarde à côté. C'était un vrai havre de paix et je devais faire offense. Mon corps un peu disproportionné comme tous, une tête naïve mais combative sur les bords, et des jambes aussi fragiles que du coton. J'étais sensible de me laisser m'envoler en deux secondes parmi ces feuillages superbes et cette vue magnifique. Je ne pouvais plus que m'en prendre à moi-même si je sentais des remords monter en moi. Mais pourquoi des remords ? Et bien parce que j'avais laissé Opium seul. Je l'avait laissé, me regardant partir comme si nous étions des inconnus. Pourtant je ne voulais pas. Enfin, il l'avait quand même fait avant moi. Il s'en était retourné sans un mot l'autre soir. Donc, je n'ai rien à me reprocher. Ou presque rien ...

        Mes membres étaient devenus comme plus forts et résistant et mon être semblait se raviver parmi toutes ces couleurs que m'offrait la nature. C'était un cadeau pour mes petits yeux de jument. Seulement cela ne suffit pas, mon âme vagabonde se promène dans cette clairière mais mon esprit est tout là haut, à surveiller et chercher Opium. Je me remémore ces instants passés ... Tout les deux. Peut-être que lui aussi. Les instants que l'on a partagés surpassent tout. Cela surpasse même la féérie de cet endroit. Je marche alors telle une ombre à travers cette immense clairière. Je remarque que l'herbe est si haute qu'elle m'arrive au niveau des épaules. Je sens des petites bêtes passer entre mes jambes, et je me demande ce qu'il adviendrait de moi si je me faisait piquer par un serpent. Simple réponse : je tomberais , agoniserais, et mourrais . Sans voir Opium ! Impossible. Je me mets soudain à paniquer, je regarde à mes sabots et je sens comme un glissement sur mon antérieur. J'hennis puisement et me mets à galoper telle une furie. La mort ne me fait pas peur . Tant que je serais aux côtés de mon âme soeur. Je cours, je m'affoles et je deviens furibonde . Mes nerfs craquent, je relâche la retenue que j'avais en face d'Opium. Je me retenais ... Je me retenais de me rapprocher et de ne faire qu'un avec lui. A présent, je venais comme d'avoir une foudre s'abattre sur moi. J'avais frissonné , surprise, puis je pris connaissance de la réalité. J'aimais Opium et que ce soit réciproque ou non je voulais le retrouver de toute urgence. Je galopais toujours aussi rapidement. Mes crins étaient balancés en arrière, et mon encolure basculait vers l'avant penchant ainsi ma tête . Ce qui était ridicule était de voir une jument de 4 ans galoper dans une clairière comme celle-ci. Détrompez-vous, ça soulage énormément.

        Seulement, rendue à un endroit décisif, je ne pouvais faire que m'arrêter. Quel chemin prendre ? Et puis pourquoi allais-je par là ? Parce que je savais que Deal était allé à un endroit particulier. La cascade. Tout le monde me parlait de lui auparavant et m'indiquait que son endroit préféré pour se reposer et se détendre était cet endroit magique. Je ne me posa pas de question et alla dans la direction de la cascade. Il était là-bas j'en étais sûre à 300 pour cents . Lorsque je m'engagea sur un chemin quelque peu dangereux, je glissa sur le côté. Je venais de m'érafler la croupe. Quelle niaise! Voilà ce que donne la rapidité et l'empressement. Cruche ! Je me relève, c'est bon pas de sang . Je reprends ma route, en faisant plus attention cette fois-ci. J'accélère sans m'en rendre vraiment compte, obstinée par l'image d'Opium à cette fameuse cascade. Il était déjà beau, mais avec ce décor... Il serait renversant. Je ralentit le trot entamé pour regarder autour de moi. Je n'étais jamais allé ici, je ne savais pas où était la cascade. Mais elle-même ne me plaisait pas, c'était Opium que je cherchais particulièrement.
        Toujours en trottinant, je releva la queue et lâcha une trainée blanche. Hm.. Les chaleurs. Je les avaient presque oubliées. Soudain j'aperçus la cascade, et je me dirigea automatiquement vers elle au pas tout en réfléchissant. Les chaleurs ... Mais Opium. Il était dominant. Toutes les juments avaient dues lui tourner autour avec le temps que j'ai mis à venir... Il a déjà du . Stop ! De toute façon, quoi qu'il ce soit passé, je m'étais jurée d'aller à sa rencontre. Seulement, lorsque je l'aperçus enfin, mon pas céda et je me stoppa net. Je pris sur moi et m'avança à pas sûrs.

      Revenir en haut Aller en bas

      avatar

      Opium Deal

        Fσи∂αтяιcє


      Puf : Tora & Padou :D
      Naissance : 28/04/1993
      Messages : 1226

      Libre au RP : Oui mais à petite dose.
      Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


      » Infos
      V a l i d . R e l a t i o n s :
      MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   Sam 8 Mai - 5:17

          T'es la seule à nous comprendre.
          Emmène-moi quelque part,
          Invente moi un monde à part,
          Apprends-moi une nouvelle danse.


        Il y a des choses qu'on ne devrait jamais dire. D'autres qu'on est incapable de dire. Pourquoi cette fois-là, à leur deuxième rencontre, n'avait-il pas su lui dire toute cette vérité inébranlable ? Pourquoi continue-t-il de s'amuser à ses plaisirs qui n'assouvissent rien ? Jamais personne ne dira « C'était un coup de foudre entre eux » car personne n'y croira. Ou alors on regardera ce prétendu idiot avec de grands yeux et on lui répondra : « Quoi ? Notre Opium ? Aimer ? Dès le premier regard ? Arrête, c'est hilarant. » Pourtant si vous plongiez dans ses pensées, vous y verriez tout ce qu'on ne peut dire, tout ce qui ne peut pas s'expliquer. Un contact, du charme, un regard, une romance ; un instant indéfinissable qui n'appartient qu'à eux deux. Sans le savoir, tous deux y pensent. Ils repensent à cette nuit-là qui fut leur première véritable rencontre, sous la pluie d'une nuit sans étoiles. Puis au pied de la falaise où ils se sont retrouvés, puis se sont de nouveau quittés sans un mot. Sans se retourner. À contre coeur. Entre eux, il n'y a eu que peu de paroles, pourtant ils semblent déjà se connaître du fond de leur âme. Ils se parlent avec le coeur et se comprennent avec les yeux. C'est charnelle et c'est bien plus que ça. Et ça ne se terminera jamais.
        Mais lui finira-t-il par se laisser emprisonner par ses filets ? Lui qui a peur de se faire étouffer et d'y perdre sa liberté. Il voit chaque jour les juments lui tournaient autour et venir usaient de leurs charmes à ses flancs, sans pouvoir les rejeter. Tandis que toi tu restes introuvable. Tu hantes ses pensées et tu l'empêches de se libérer, il ne peut que résister à ses tentations du diable pour oser te promettre un amour fidèle. Sais-tu, la belle, le combat qu'il mène contre lui même ? Toutes les odeur envoûtantes que ces femelles agitent sous son nez sont son martyr, mais ne sont rien à côté de ton effluve si particulière. Rien à côté du manque de toi. C'est si douloureux, d'être loin de toi...

        Opium redresse l'encolure aux bruissements des feuilles et tourne la tête, inspectant dans son dos ce qui a causé ce bruit. Se dresse à quelques mètres de là une jument à la robe souris et aux allures relevées. Elle lance un hennissement doux et à la fois bourré de sous entendus envers le grand étalon. Sans s'inquiéter du regard perdu de son dominant, elle trottine vers lui avec la ferme attention d'avoir ce pour quoi elle est venue jusqu'ici. La belle grise se pavane sur la rive sans impunité et de son côté, Deal bat de l'antérieur avec hésitation. Après avoir renâcler, il s'avance hors de l'eau vers la jument apparemment très contente de ses exploits. Il tend alors l'encolure vers elle et lui souffle bruyamment de naseaux à naseaux. Si seulement l'entier avec remarqué que sa belle n'était plus qu'à quelques pas...
        Mais soudainement, lui redresse l'encolure avec violence et couche les oreilles contre son crâne. Affolée, la jument recule de quelques pas et manque de chuter en cognant un rocher. Opium pose sur elle un regard qui se veut méprisant puis pousse un hennissement strident. La belle grise semble tout à coup perdre tout son panache et ses oreilles se plaquent à leur tour. Elle fait face à son dominant avec une pointe de défi dans les yeux. Elle laisse couler ses chaleurs, cherchant à déstabiliser l'étalon une nouvelle fois. Mais lui décoche une ruade puis fait mine de vouloir mordre la jument, sans pour autant lui vouloir du mal.

        « Va-t-en maintenant. Tu n'aurais jamais dû venir ici. » railla-t-il d'une voix rauque.

        Il aurait pu faire une bêtise, une erreur fatale même. Jamais il ne pourra toucher l'une d'elles et prétendre en même temps respecter Quater. Ce serait vil, malsain. Deal était un séducteur, une charmeur et sûrement un étalon, mais plus maintenant. Car même s'il ne pourra sûrement jamais arrêter vraiment ses petits jeux, il a des valeurs plus purs que ça. Pourquoi n'aurait-il pas le droit d'aimer autant qu'un autre ? À quoi bon ses réflexions, il ne peut pas s'en empêcher de toute façon... Et ne le veut plus.
        La tête basse, le souffle d'Opium fait délicatement onduler la surface du lac. Le dominant se perd dans la contemplation des vaguelettes qui doucement s'éloignent avec grâce de leur point central. En relevant l'encolure, une silhouette apparaît, reflet de ses pensées même. Durant un instant, l'étalon se demande si son esprit ne lui joue pas des tours et il tend les naseaux vers la les formes qui se dessinent au travers de l'eau. Mais son odorat capte enfin l'odeur si attirante de la jument qu'il aime et il tourne vivement la tête vers elle, comme s'il avait peur qu'elle disparaisse déjà. Se redressant, il tourne son corps sur place vers la jument sans la lâcher des yeux. Son coeur fait un bond dans sa poitrine et menace de transpercer son poitrail, son rythme cardiaque semblant tout à coup accélérer.

        « Quater... » souffla-t-il.

        Tous ses muscles se détendirent et toutes traces de mal disparu de sa tête et de son coeur. Il n'y avait plus de place pour la colère, la haine ou le désarroi, quand elle était là. Non, il ne peut pas tricher, car l'amour est un jeu dangereux. Plus fort qu'une guerre qui éclate. Ses yeux ne mentent pas, il ne peut essayer de la cacher. Vois-tu le désir qui y brûle ? Il ne pourrait pas le nier ; tu l'as envoûté.

      _________________

      « Opium Deal »
      Coupable, témoin et victime tout à la fois.


      « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
        Revenir en haut Aller en bas

        avatar

        # Quater Back

          Ẳ ℓ'αιѕє
          On s'connait, non ?


        Puf : P0m'
        Naissance : 07/04/1994
        Messages : 145

        Libre au RP : Ouai et t'as intérêt à assurer xP
        Playlist : Je t'aime Pom' <3 x)


        » Infos
        V a l i d . R e l a t i o n s :
        MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   Sam 8 Mai - 10:19



        Je crois que je t'aime .



          Mon cœur battait à tout rompre au moment où j'aperçus une femelle s'approcher sensuellement de mon dominant . J'avais eu en une fraction de seconde envie de lui sauter dessus et de lui prendre une touffe de crins pour la tirer hors de portée d'Opium. Une sorte d'angoisse m'envahissait et me rongeait. J'étais aussi jalouse que si Opium était mon mâle. Ou plutôt je me comportais comme tel. Cependant je ne fis rien de l'ordre de la jalousie, et ne m'avança pas plus. J'observais, aigrie, les moindres faits et gestes de la femelle et épiais la réaction d'Opium. S'il s'était avéré s'approcher de trop de la grise, je serais sortis à découvert. Il semblait si excité que sa raison dominait ses sentiments. Il était à deux doigts de craquer... Lorsqu'il sentit enfin ma présence. Il plaqua ses oreilles puissantes contre son crâne pour faire déguerpir la malheureuse. J'examinais la jument qui s'opérait face à Opium et je pouvait vous assurer qu'elle avait de quoi faire craquer tous les étalons du coin. Elle était splendide, réjouissante et pleine d'entrain. Bien que déterminée cependant, elle se fit rejetée par Opium qui ne céda pas , même sous la pression qu'elle exerçait sur lui et son désir.

          Il fallait quoi ? Que je saute sur Opium juste après qu'il ai rejeté une des juments de son clan ? Je l'aimais, je l'aime et je l'aimerais . Quoi qu'il puisse faire avec une jument du même clan que moi ou même avec une autre, je l'aimerais. Il n'était pas pareil que les autres que j'avais rencontrés auparavant. Il avait plus de charme, plus de réflexion et surtout une présence irréelle à mes côtés. Je ne comprenais pas ce qu'il pouvait me trouver mais lorsqu'il m'aperçut enfin, il se retourna et m'appela . Je lui adressa un sourire peut-être insignifiant pour les autres mais pour lui et pour moi il était bien plus. Il faisait ressortir toute autre parole que j'aurais du lui dire. Je m'avançais vers lui et d'un pas sûr, et constatais alors qu'une petite cicatrice demeurait sur son corps. Je m'approchais de celle-ci, et pour la première fois, lui parla ...

          - Que t'es-tu fait , Opium ?


          Le fait de le nommer Opium me donna des frissons et me rendit toute chose. Je le regardais d'un air amoureux et attendri. Ce n'était plus du charme, c'était des sentiments qui se parlaient l'un à l'autre. Plus je me rapprochais de lui , plus mon sourire s'étirait à son égard. Je me perdais dans ses yeux si troublants et mystérieux, ce pourquoi je baissa la tête progressivement tout en continuant de marcher. Je posa mes doux naseaux de jument sur sa blessure refermée , et la lui caressa . Le mystère laissait place à la tendresse.

          - Comment te dire ça ...

          Oui, je t'aime .


          (désolé pas long, mais en fait je devais répondre à pleins d'rp et vu que je t'avais fait déjà trop attendre, je me suis dépêchée =/ Je ferais beaucoup plus long la prochaine fois <3. Oublie pas que j'adore ce que t'écris, donc tu DOIS me répondre :3 )

        Revenir en haut Aller en bas

        avatar

        Opium Deal

          Fσи∂αтяιcє


        Puf : Tora & Padou :D
        Naissance : 28/04/1993
        Messages : 1226

        Libre au RP : Oui mais à petite dose.
        Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


        » Infos
        V a l i d . R e l a t i o n s :
        MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   Ven 14 Mai - 10:27


          ___ « J'en suis sûr même. » ___


            Tu es arrivée. Oui, tu es bel & bien là. Le coeur du grand dominant bat à tout rompre ; l'entends-tu ? Sans plus un mot, il te contemple comme si cela faisait des années qu'il ne t'avait pas vu. Mais tu sais la belle, les quelques jours sans ta présence étaient si difficiles... quand quelques heures sont déjà trop dures. Que faut-il pour qu'il te garde auprès de lui ? Un geste ? Un mot ? Ton regard ne ment pas lui non plus, pourtant le grand noir ne peut avouer ses sentiments. Quand bien même il n'éprouverait aucune crainte devant le plus dangereux des loups, devant toi, il se sent si petit. Aussi infime qu'une étoile dans l'immense voûte céleste. Tu le domines de ton charme, l'éclat de tes yeux et bien sûr par la beauté de ton âme. Quand tu t'avances, Opium frisonne rien qu'à la vue de ce sourire si plein de promesses. De belles promesses d'avenir pour vous deux. Et tu continues ta route vers lui, sans qu'il n'esquisse aucun geste, parcourant de ses yeux ton corps qu'il rêverait de toucher et de caresser. Pourtant c'est à tes yeux qu'il s'accroche, à ce regard si tendre...

            - Que t'es-tu fait , Opium ?

            Tu as posé tes yeux sur son poitrail, remarquant alors cette cicatrice qui le lui barre en travers. Cette marque que lui a laissé un grand ennemi avant de mourir, le souvenir de sa première véritable bataille, seul à seul. Il se souvient de ce jour-là, quand il a sauvé la vie de sa jeune soeur. Mais Deal ne peut repenser à ce combat, tu es là et lui fait oublier tout le reste. L'amour qu'il lit dans tes yeux vaut plus que toutes les victoires gagnées ou à venir. Cette tendresse dont tu fais preuve vaut bien plus que toutes les caresses des autres. Allégrement, tu t'es approchée de lui jusqu'à le frôler. La douceur de ton toucher le fait frissonner. Il ferme les yeux durant un instant tout en inspirant une grande bouffée d'air, s'imprégnant de ton enivrante odeur à jamais. Puis il baisse la tête, arquant son encolure pour pouvoir bientôt frôler ta nuque. Son souffle parcourt tes crins.

            « Le cadeau d'un vieil ennemi, il y a 3 ans de cela... »

            Un murmure. Cela a si peu d'importance. Ces paroles ne sont là que pour vous faire entendre vos voix. Vous avez tant de choses à vous dire et tant besoin de vous parler. Oui vous voulez vous racontez ces choses-là, celles qui blessent et qu'on oublie jamais. Et celle qui vous prend et ne vous lâche plus ; celle qui fait battre votre coeur à la chamade.

            - Comment te dire ça...

            Lui relève un peu la tête et ferme les yeux, gonflant son coeur de courage.

            « Pas besoin de mots... 
            Écoute-moi. J'aimerais te le souffler ; te dire que je t'aime.
            ... quand tes beaux yeux le disent d'eux même. »

            Il n'y a plus que toi & lui. Vous. Tous deux n'êtes plus qu'un, dans la même bulle. La tempête pourrait éclater ou le feu ravageait la forêt environnante, rien ne peut plus vous atteindre. Même si le monde mourrait, vous resteriez là et rêveriez de votre vie. Le temps ralentirait pour vous, juste pour attendre la fin de votre romance. Et il attendrait longtemps.


          { Arrête tes bêtises, courts ou pas j'aime nos RPs. ♥ Et puis je comprend que t'es moins de temps qu'avant.
          Et tu vois, je t'ai répondu. =P Inutile de me faire un roman pour ta réponse, la qualité y est de toute manière. ;D J'éditerais peut-être mon message miss. =3 }

          _________________

          « Opium Deal »
          Coupable, témoin et victime tout à la fois.


          « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
            Revenir en haut Aller en bas

            avatar

            # Quater Back

              Ẳ ℓ'αιѕє
              On s'connait, non ?


            Puf : P0m'
            Naissance : 07/04/1994
            Messages : 145

            Libre au RP : Ouai et t'as intérêt à assurer xP
            Playlist : Je t'aime Pom' <3 x)


            » Infos
            V a l i d . R e l a t i o n s :
            MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   Dim 30 Mai - 1:54

            Aussi longtemps que durera mon amour pour toi,
            Tu seras le roi ,
            De mes rêves les plus inconditionnés
            Et m'offrira mes plus belles journées.



              Ce n'était pas qu'une petite amourette, ce n'était pas l'étalon que je m'imaginais un jour rencontrer quoi que très présent dans mes rêves les plus fous. Aurais-je été in-censée de suivre mon coeur aussi rapidement et de tirer une conclusion hâtive sur tes sentiments ? Mes bonnes résolutions de ne plus m'approcher des mâles s'étaient totalement dissoutes à ton égard. Je crois bien que mes yeux t'en disent beaucoup, mais à mon goût c'est trop. Car la parole est quelque chose de sacré, une chance inespérée que l'on nous a offert dans notre vie aussi petite et misérable. Il faut en profiter au maximum, c'est pour ça que bien que nos regards enflamment mon coeur et l'illumine de toutes les couleurs, je m'efforce de te parler , par pur raisonnement. C'est un total désenchantement de te voir avec une autre telle que cette belle grise. Pourquoi devrais-tu me choisir et me donner cette réjouissance qu'est d'être la compagne du dominant ? Tu m'extirpe de mes pensées en une seule phrase. Apparemment tu te serais battu contre un autre et aurais gardé une séquelle ? Et bien comme tous les autres dominant, cela prouve de ta suprématie.

              Lorsque tu débites cette phrase à toute vitesse insinuant que mon regard dirait toutes mes pensées, je laisse mon coeur s'évader de mon être et ma raison revient à la charge. Je ne peux me permettre de penser que cet étalon est pour moi. Je parle alors telle une petite rabat-joie qui ne fait que s'enfoncer dans ses explications.

              - Mais ... ! Je ne voulais que ... Te prévenir euh, vous, que j'avais remarqué quelques loups dans les parages ...

              J'avais changé le ton de ma voix et mon expression de visage.
              Bien évidemment cette excuse était inventée et construite de toute pièce, mais mal exprimée donc il était impossible qu'il croit à cela. De plus je m'étais emporté, la preuve que je ne contrôlais plus rien. Il devait comprendre de mieux en mieux à cause de mon comportement. Je continuais à m'enliser bêtement. Je ne savais même pas pourquoi je voulais m'infliger cette agonie progressive et lente.

              - Pourquoi pensez-vous cela ? Et puis il faut se méfier des apparences après tout. Voilà une expression qui est bien vrai.

              Je parlais de trop. Encore une fois on remarquait mon manque de confiance en moi, et cette naïveté ne faisait que sans doute repousser le mâle et ses envies. Tant mieux pour moi ça m'évitera de m'expliquer dans ses bafouillages. Enfin non! J'étais venue ici pour lui dire, lui raconter lui expliciter mes sentiments ... Il ne pouvait réagir que négativement mais je me risquerais tout de même. Enfin, j'attendais toujours à ce que mon coeur se ré installe en moi pour me donner comme une pulsion. Il devait s'être évaporé car je tremblais de tout mon corps et mon regard était fuyant de celui du beau ténébreux.

              Oui si le temps ralentirait, cela m'aiderait à tourner 7 fois ma langue dans ma bouche avant de dire de telles sottises devant lui. Surtout lui.


              (Ah bah enfin ! x) Désolé ma padou <3 . Je voulais te glisser un mot en même temps que notre rp: Je t'aime ma belle )
            Revenir en haut Aller en bas

            avatar

            Opium Deal

              Fσи∂αтяιcє


            Puf : Tora & Padou :D
            Naissance : 28/04/1993
            Messages : 1226

            Libre au RP : Oui mais à petite dose.
            Playlist : Ca varie selon les jours et mon humeur ..


            » Infos
            V a l i d . R e l a t i o n s :
            MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   Ven 18 Juin - 0:44


              ___ « Patience & Dépendance » ___


                - Mais ... ! Je ne voulais que ... Te prévenir euh, vous, que j'avais remarqué quelques loups dans les parages ...

                Le jeune mâle sourcilla l'espace d'une seconde, puis un sourire effleura ses lèvres sans mot dit. Tes paroles ne recelaient aucune vérité ; le ton de ta voix, la façon de t'exprimer, la lueur de ton regard, tout prouvait que cette phrase bafouillée n'était qu'un tissu de mensonge. Mais soit. Pourquoi t'en voudrais-t-il ? Parce que tu l'esquivais non habilement ? Loin de là, car ça te donnait un air tellement craquant. Le dominant ne pouvait se permettre de rire de ton cafouillage, il était bien loin de cela, mais il souriait, car ce petit air naïf ajoutait à ton charme, qui déjà avait envoûté l'étalon au premier regard.

                « Pas besoin de me vouvoyez... surtout que je te tutoies, tu m'en excuseras. »

                Oui, il te taquinait. Et cela l'amusait plutôt, mais sache qu'il ne le faisait pas comme une moquerie. Non, il souhaitait plutôt t'égailler un peu et te décontracter. Tu semblais tellement tendue, tandis que lui dominait plus facilement ses émotions et faisait fit de ses sentiments le temps que tu te remettes d''aplomb. Pourtant, tu continuais de t'enliser avec ferveur, ce qui amusait le bel étalon :

                - Pourquoi pensez-vous cela ? Et puis il faut se méfier des apparences après tout. Voilà une expression qui est bien vrai.

                « Je ne le pense pas, la belle. Je l'observe. Car je vois tes yeux aussi bien que tu vois les miens. Et si je me trompe, c'est que tu es très bonne comédienne... »

                Sa voix n'était que murmures, mais qui t'étaient assez audibles pour que tu en comprennes tout le sens. Lentement, le dominant se retourna tout en baissant l'encolure. De nouveau, il entra doucement dans l'eau et de petites vaguelettes formées par son souffle à la surface de l'eau heurtèrent celles causées par la pénétration de ses antérieurs dans le liquide. Pendant un long moment, son attention fut portée sur l'eau miroitante et son reflet qui y apparaissait, mais bien plus que cela, c'était ton reflet qu'il regardait.

                « Quand aux apparences, je ne crois pas que ce proverbe s'y applique. Notre regard est une percée vers notre âme et il est souvent bien difficile de la fermer. Mais oui, parfois les apparences sont trompeuses. »

                J'en suis un bon exemple ; aurait-il pu ajouter. Pensiez-vous vraiment qu'Opium Deal pouvait se comporter, et surtout, parler ainsi ? Car il y avait dans ses paroles quelque chose de plus : de la tendresse. Presque de la poésie. C'est toi, la belle, qui le faisait devenir comme ça. Sans te brusquer, l'étalon dont les reflets chocolats apparaissaient sous le soleil bien présent, attrapa quelque uns de tes crins pour t'attirer avec délicatesse vers le petit lac ; et surtout vers lui.

                « Je suppose que tu as aperçu Nevada, la jument souris qui était là juste avant... »

                Deal poussa un soupir en repensant à cette scène. Bien que ses pulsions l'aient poussé vers l'erreur, ils en ressentaient encore l'ardeur, mais en ressentaient surtout la gêne.

                « ... Mais aussi dur que cela puisse paraître... »

                Oui, car ce serait sûrement dur à admettre pour pas mal de monde. L'étalon charmeur, dragueur, beau parleur, jusqu'à être un Don Juan, serait-il... Amoureux ?

                « ... Il n'y a plus qu'une seule jument qui hante mes pensées. »

                Opium coula un regard vers toi, mais s'esquiva rapidement, à son tour. Le ténébreux aurait-il peur de ta réaction ? Ca y ressemblait beaucoup. Il fit quelques foulées de trot qui l'emmenèrent à prendre de la distance avec toi, l'eau lui atteignait presque les flancs. En aucun cas il ne souhaitait s'éloigner de toi, au contraire il préférerait sentir ta peau contre la sienne. Mais l'odeur envoûtante que tu dégageais en devenait enivrante. Tu étais en chaleur et son désir le brûlait. Alors qu'il avait déjà suivit les pulsions que lui imposaient son corps, là il serait totalement incapable de s'approcher trop près de toi sans un seul mouvement de ta part qui pourrait lui dire que tu en as aussi l'envie. Il tressaillit. Foutues chaleurs ! Ce n'était vraiment pas le moment. Et il espérait que tu es compris...

              _________________

              « Opium Deal »
              Coupable, témoin et victime tout à la fois.


              « Il existe une règle incontournable dans le jeu de la vie. C'est que tôt ou tard, chacun doit arrêter la partie. »
                Revenir en haut Aller en bas

                avatar

                # Quater Back

                  Ẳ ℓ'αιѕє
                  On s'connait, non ?


                Puf : P0m'
                Naissance : 07/04/1994
                Messages : 145

                Libre au RP : Ouai et t'as intérêt à assurer xP
                Playlist : Je t'aime Pom' <3 x)


                » Infos
                V a l i d . R e l a t i o n s :
                MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   Dim 17 Oct - 3:41

                • Réponse en attente à la plaine aride .. ~
                Revenir en haut Aller en bas


                Contenu sponsorisé




                MessageSujet: Re: À la claire fontaine... [PV]   

                Revenir en haut Aller en bas
                 

                À la claire fontaine... [PV]

                Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
                Page 1 sur 1

                Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                Memories :: ­
                Hors - Jeu
                 :: ▬ Corbeille :: ▬ RPG, ancienne version.
                -